Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 03:13

 

 

 

Le-Fosse3.jpg

 

Le Fossé
Diffusion le samedi 16 avril 2011
à 22 h 25 sur Arte

Version originale sous-titrée, stéréo, 16/9 HD
Rediffusion le 21 avril 2011 à 2 h 45

 

À la fin des années 1950, le gouvernement chinois expédie aux travaux forcés des milliers d’hommes, considérés comme droitiers au regard de leur passé ou de leurs critiques envers le Parti communiste.

Déportés au nord-ouest du pays, en plein désert de Gobi et à des milliers de kilomètres de leurs familles pour être rééduqués, ils sont confrontés au dénuement le plus total. Un grand nombre d’entre eux succombe, face à la dureté du travail physique puis à la pénurie de nourriture et aux rigueurs climatiques.

Le Fossé raconte leur destin – l’extrême de la condition humaine.

Basé sur Goodbye, Jiabiangou, un roman de YANG Xianhui, et sur les témoignages de TI Zhongzheng et des autres survivants.

 

Le-Fosse7.jpg

 

Le Fossé (106 mn, 2010)
un film écrit et réalisé par Wang Bing

Avec :
Ye Lu

Renjun Lian
Cenzi Xu
Haoyu Yang
Zhengwu Cheng
Niansong Jing
Xianghnian Li

Coproducteurs (France, Chine, Belgique) :
Entre Chien et Loup
Wil Productions
Les Films de l’Étranger

Ventes internationales :
Wild Bunch

Directeur de la photo :
Sheng Lu

Ingénieur du son :
Liang Ren

Directeur artistique :
Lige Bao
Honghui Xiang

Créateur des costumes :
Fuzheng Wang

Monteur image :
Marie-Hélène Dozo

Monteur son :
Gilles Laurent
Valérie Ledocte
Kang Fu

Mixeur :
Michel Schillings

Décors :
Zhang Fuli

 

Le-Fosse4.jpg

 

Dans un camp chinois du désert de Gobi, en 1960, des détenus politiques agonisent, décimés par la famine, le froid glacial et la dysenterie. Une bouleversante fiction de Wang Bing (À l’ouest des rails), pour mémoire.

 

De 1957 à 1961, dans le désert de Gobi, quelque deux mille cinq cents détenus politiques chinois (sur environ trois mille) ont péri dans des conditions atroces aux camps de Jiabiangou et Mingshui, consacrés à la « rééducation des droitiers ». Ils expiaient la campagne des Cent Fleurs, durant laquelle Mao, ayant d’abord encouragé les critiques contre le Parti, fit taire ensuite toute contestation par une vague de purges aveugles. Abrités dans des trous, sans chauffage par des températures pouvant descendre à moins 20°, à peine nourris en raison de la famine causée par le « Grand bond en avant », décimés par la dysenterie, ils furent aussi contraints à des travaux quotidiens de terrassement.

 

Le-Fosse6.jpg

 

Les oubliés

Inspiré de témoignages qu’il a recueillis auprès de survivants de Jiabiangou, mais aussi d’un recueil de nouvelles de Yang Xianhui, le film de Wang Bing, autant documentaire que fiction, immerge sans intermédiaire le spectateur dans l’horreur et le désespoir du camp. Mais ce tableau de l’inhumanité est d’abord un hommage à l’humanité obstinée de ceux qui y agonisent. Obsédé par la nécessité de ne pas trahir leur histoire, le réalisateur trouve la bonne distance. Chaque image, si insoutenable soit-elle, semble rendre à leurs visages, à leurs paroles, à leurs gestes, la dignité humaine qu’on leur a déniée. En exhumant si implacablement la réalité occultée du goulag chinois, le réalisateur d’À l’ouest des rails ajoute une autre pierre à son oeuvre monumentale : faire résonner la voix des exclus et des oubliés de l’histoire de son pays. Sélectionné à la dernière Mostra de Venise et projeté dans différents festivals en Europe, le film n’a pas été diffusé en Chine et, selon son auteur, ne pourra l’être avant de longues années.

 

Le-Fosse9.jpg

 

La fiche technique et les présentations viennent du site d’Arte et de la maison de production Entre chien et loup, j’ai récupéré les photos chez ces derniers.

 

Le-Fosse11.jpg

 

Il y a un article sur le film sur Rue89 (merci, c’est grâce à lui que j’ai appris cette diffusion) et un article du Monde, paru en septembre 2010, qui est à lire . Je vous les conseille tous les deux.

 

« Depuis une dizaine d’années, le cinéma indépendant chinois met l’accent sur les problèmes sociaux de la classe ouvrière. Le Fossé est probablement le premier film à traiter aussi directement du passé politique de mon pays, en parlant des “droitiers” et de ce qu’ils ont endurés dans les camps de rééducation. Le sujet est toujours tabou ».

« Sur le tournage du film, la crainte d’être arrêté était constante. Chaque jour, des rumeurs sur une intervention de la police circulaient. Finalement, elle a eu lieu. Informés juste avant, on a pu nous enfuir en voiture »

Wang Bing
(Entretien extrait de Rue89)

 

Le-Fosse8.jpg

Le-Fosse10.jpg

 

Help, help ! J’ai pas de téléviseur !!!
Faites quelque chose pour moi !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by shige - dans Chine
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Archives