Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 02:48

 

 

 

Intéressante initiative de Garnier-Flammarion : centrer leurs anthologies sur un aspect un peu moins connu de ces trois grand noms de la littérature du XIXe siècle, celui du journaliste.

GF Baudelaire journaliste

Baudelaire journaliste

 

Présentation de l’éditeur :

Le ténébreux auteur des Fleurs du mal, le plus lu des poètes français, fut d’abord le fils de la presse. Jeune dandy, il y a fait ses premières armes ; jusqu’à la fin de sa vie, il y a publié ses écrits en tous genres ; n’étant lié à aucun journal, il a collaboré à tous, et exprimé sous les formes les plus variées ses convictions d’artiste et son farouche mépris des bien-pensants.

Cette anthologie inédite lève le voile sur une part majeure et méconnue de son œuvre. On y découvrira les multiples visages de ce polygraphe de génie : le joyeux mystificateur, auteur de chansons satiriques et d’ironiques leçons sur les femmes ou l’écriture ; l’acteur passionné du débat républicain, qui au cœur de l’exaltation révolutionnaire de 1848 fonda un journal, Le Salut public ; mais aussi le premier théoricien français du rire, et l’un des plus grands critiques artistiques et littéraires du XIXe siècle, aussi jubilatoire dans l’éloge que dans l’éreintage de ses contemporains.

Ce recueil, qui brosse le double portrait de l’homme et de son siècle, donne enfin les versions d’origine de célèbres poèmes, celles de leur première publication dans la presse – et témoigne ainsi d’une époque où, sur une même page de journal, un sonnet côtoyait un éditorial politique ou un fait divers…

GF Gautier journaliste

Gautier journaliste

 

Présentation de l’éditeur :

Poète de « l’art pour l’art », dédicataire des Fleurs du mal, Théophile Gautier est resté célèbre pour le culte qu’il vouait à la beauté. Mais on ignore souvent que c’est dans la presse qu’il a mené, jour après jour, sa réflexion sur les lettres et les arts. De ses premiers pas au Mercure de France, à l’âge de vingt ans, jusqu’à sa mort en 1872, il a fait paraître près de 3 000 articles ; feuilletoniste dans différents quotidiens, responsable de la rubrique littéraire de La Presse, rédacteur en chef de la revue L’Artiste, il fut l’un des critiques les plus talentueux de son temps.

Ses articles, dont ce volume propose une sélection, offrent une vue imprenable sur la production artistique française du XIXe siècle. Car Gautier fut de toutes les représentations théâtrales, de tous les concerts, de tous les spectacles de danse, de tous les Salons de peinture. Qu’il chronique les dernières prestations des cantatrices à la mode ou retrace le parcours de personnalités récemment disparues – Rachel, Vigny, Rossini –, qu’il raille la légèreté d’un vaudeville ou se réjouisse d’un numéro de saltimbanques, qu’il évoque son goût pour Ingres et Delacroix ou sa réticence face aux toiles de Courbet, qu’il rende compte d’un roman de Balzac ou d’une traduction de Dante, c’est toujours avec panache, passion et humour. Et, sous sa plume virtuose, c’est toute une époque d’effervescence artistique et littéraire qui revit, pour notre plus grand plaisir.

GF Zola journaliste Zola journaliste

 

Présentation de l’éditeur :

Jeune écrivain ambitieux, Zola se fit connaître par le journal ; devenu un maître, il fit de la presse son arme de combat. Portraits, critiques d’art, chroniques politiques, récits pamphlétaires, manifestes, lettres ouvertes : la diversité de ses articles impressionne. Car il fut de toutes les luttes. C’est dans la presse que l’auteur des Rougon-Macquart, auréolé d’un parfum de scandale, a forgé et défendu le naturalisme ; c’est là aussi qu’il a soutenu Manet, les Goncourt, Vallès – tous « les garçons inconvenants qui se permettent d’avoir du talent en dehors des mots d’ordre du monde ». Au cœur de la guerre franco-prussienne, il a appelé à la résistance en fondant La Marseillaise, journal patriotique ; reporter sous la Commune, il a dénoncé la « folie » de l’insurrection et la « boucherie » de la Semaine sanglante ; dans Le Corsaire comme dans Le Figaro, il s’est insurgé contre les hommes de pouvoir trop peu soucieux du peuple et des valeurs de la République. Et, quinze ans après avoir fait ses adieux au journalisme, il y est revenu pour livrer sa dernière bataille, en exigeant que lumière soit faite sur l’innocence du capitaine Dreyfus.

Cette anthologie donne à redécouvrir Zola, témoin et acteur de l’Histoire, et retrace le parcours d’un écrivain engagé pour qui la presse fut « la vie, l’action, ce qui grise et ce qui triomphe ».

 

Vous trouverez tout cela dans la page de la collection GF.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Archives