Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 17:57

 

debiles.jpg

Enfin un site qui chie sur tout le monde, le monde de l’art, celui des riches. Enfin un site qui va emmerder les bourgeois les plus blasés. Enfin du graphisme qui gueule et vomit les tendres. Enfin de la poésie sonore qui retrouve sa raison d’être. (Oubliez Bernard Heidsieck.)

Ah, ça fait du bien.

 

pute.jpg

 

 

L’Armée noire

est

ici

 

img510.jpg

 

à tous les gros cons de l’art, l’art des cons, les gros, à tous les cons gros et les grosses connes, les connards de l’art, l’art avec des gros culs, à tous les gros culs de l’art, avec des gros cons dedans qui se baladent, à tous les gros connards et les connasses, à toutes les grosses pétasses de l’art en chaleur et leur gros cul qui ballotte, à tous les ballottements, à toutes les tendances qui sont comme des gros culs dans l’art, l’art nouveau et ancien, l’art en chaleur des nouveaux cons, les toutes nouvelles pétasses et connards, à toutes les putes tendances, les grosses et les viandards, les bonnes viandes de chiennes, les grosses putes chiennasses, à toutes les grosses qui ont un gros cul, elles ballottent, c’est leur cul, c’est leur ballottement, les grosses pourtant sont jeunes, les gros pourtant sont vieux, ils peuvent être jeunes, les putes avec, elles peuvent être grosses, et les grosses sont des putes jeunes ou vieilles, il y a les grosses putes vieilles et les jeunes putes grosses, les jeunes putes qui suivent les putes vieilles, et il y a les vieux cons qui veillent, ils sont tendance, les vieux surveillent les jeunes putes qui ont le cul qui chauffe dans l’art, les gros viennent avec leurs enfants, leurs gros cons de gosses à fric, les gosses de merde de l’art bourrés de frics et en chaleur, tous se baladent, sont cuits, ont des gros culs, gros cons en balade dans les galeries d’art, grosses putes à gros trous, on les emmerde, on les encule les grosses putes à gros culs, leurs trous sont trop cuits, on les emmerde, elles sont belles, aux belles salopes qui cuisent, elles ont des grosses bouches à foutre la merde, on les pelote mais elles s’en foutent, elles t’emmerdent les grosses vaches, ce qu’elles veulent c’est te pomper le cul dans la galerie d’art ou dans la rue, dans toutes les rues d’art les putes à galeries, ce qu’elles veulent c’est ta grosse queue, ta queue de gros con qui mouille en fric et qui ballote dans l’art, ta queue qui bande dans son mou, mais tu viens avec tes mômes, les gros enculés de fils ou de filles friqués, enculés de putes et pédés bourrés aux as qui seront dans l’art à bander, qui s’enculeront grassement un jour dans l’art qui bande dur, ils baiseront les pouffiasses et les connards, les cons dans l’art à gros trous, les connards et les putes à pognon, les gros culs tout gras friqués, tous les gros culs qui se pressent, ils ont des gros culs à prouter qui se pressent dans l’art pour te voir, pour voir ton gros prout qui sort du gros pédé bourré aux as, le cul gros et faisandé, toi et ton cul de pédale, c’est du faisan, il bande gras, il fait la roue, il est comme le paon, toi et ton cul d’art fait la roue faisandée, ça pète, ça pue, ça attire les grosses mouches à merde, les mouches à putes et les putes à merde, les charognes et les faisans du pognon, les gros connards faisandés au fric, tout le monde est attiré par ta grosse mouche à merde, ta merde à tous les vieux cons faisandés friqués, ton cul à mouches à merde pour les putes et les pédés consacrés, elles sentent comme les connards pédés les mouches à merde, elles ressemblent à toutes les grosses vaches sacrées qui font des pets plus fort que l’ozone, qui font des trous dans l’ozone de l’art les vaches, qui ont des culs de vache à chier et annuler l’ozone, ton air à toi la grosse pédale plein de blé, toi et ton gros con de pet qui pue avec le cul de la vache, le cul qui est bourré aux as, les grosses connes te voient, les grosses connes elle voit ta bite et ton cul, elles t’envient, elles ne voient que cul et bite et elle se disent je suce, je te suce cul et bite puis tu m’encules, tu me caresses les seins mais d’abord je t’encule et te suce, et tu vas dans le cul et tu pètes un bon coup connard, d’abord ton cul connard qui pète puis ta bite, puis tout ça qui pète partout, tous les connards de l’art qui pètent de partout, et les connasses à gros cul, les grosses viandes de chiasse à gros trous qui chauffe, la grosse chierie du monde en chaleur, tout qui ballotte et tourne autour de ta bite, ta bite artiste, ton cul artiste, ta mouche à merde et ton cul qui pète artiste, c’est de l’art, l’art des commissaires qui prisent avec le cul qui pète, et moi je dis je suis fan de ton cul à péter, et moi je dis je suis super fan et j’en pète, et moi je dis je suis super fan à mort dans mon cul qui pète tout gras, pet crémeux tout fan du gras dans l’art, et moi je dis je suis super fan de la grosse vache et de son mac à mort dans les gros trous, son connard tout en lard, je les aime les gros trous les rôtis et les viandes avec les concepts à cul, je les aime, et moi je dis à tous les gros et les gras dans l’art, les grasses et les grosses qui pètent, à toutes celles et à tous ceux, toutes les celles et tous les ceux qui sucent dans l’art, à toutes les pompes à fric qui sucent, toutes les celles et ceusses, les suiveurs à gros trous qui puent et font des grosses merdes de vaches, car ils ont tous des gros trous crémeux à vous suivre, et ils s’entresuivent comme des crapauds, tous les suiveurs artistes à pomper et à branler, c’est la branlette artiste, car ils se branlent lorsqu’ils se touchent la bite, ils se racontent des salades en touchant la bonne bite, comme de grosses vannes à bourrer les culs mous, et les grosses vaches s’empiffrent, grosses vaches et gros porcs qui crapautent, amenez les marmites, boire dans des seaux, avaler, dégueuler, rembiter pareil, rien à biter mais rembiter, et rempiler tous aux assiettes, jusqu’à la gorge, la lie, remplis à plus causer, gosier en goitre, plus savoir quoi, ni qu’est-ce, et qu’est-ce à donc, et quoi que foutre, quoi que se mettre encore, sous le dentier, la glotte, sous-ventrière, quoi plomber jusqu’à plus foutre, quoi dire et quoi penser, rien à penser, tous au buffet, grosses vaches et leurs maris, les maris couillus, les gros membrés à pognon, les gros trous à grosses queues avec tout ça qui pue et parle dedans, qui pue qui parle et qui pète, tout ça qui prend ton cul pour une trompette.

 

TOUT CE QUI EST AU-DESSUS DU TYPE DE BASE EST MON ENNEMI

 

 


C’est à écouter très fort chez vous :
www.youtube.com/watch?v=P2ClwyCpzeY

 

 

menfou.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Recherche

Archives