Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 21:02

 

 

 

Yeux-sans-visage.jpg

 

Présentation de l’éditeur :

Souvent considéré comme l’unique film d’épouvante français, les Yeux sans visage raconte une effroyable histoire de visages volés et greffés. Mais sans l’habituel attirail de l’horreur : ni sang, ni cris, le docteur n’est pas fou et sa fille théâtralement masquée erre dans la maison, vêtue de féeriques robes moirées. […]

[…] Le quotidien se dérègle imperceptiblement, l’espace devient labyrinthique, les objets paraissent vivre, les voitures sont des personnages. Georges Franju crée un univers insolite où la peur rôde partout.

Sous la fable d’épouvante, il est question d’autres choses. D’un père trop aimant, d’un ordre social étouffant. Et du cinéma lui-même, de son enfance, de sa capacité à terrifier, de ce qu’il fait des corps et des visages. Toutes les faces de Franju sont dans ces Yeux sans visage, le cinéphile archéologue, le révolté, le surréaliste... et surtout le poète, menant une méditation mélancolique sur le cinéma comme art du deuil, à partir du visage d’Édith Scob, sa muse.

Pascale Risterucci est maître de conférence en cinéma à l’université Paris VIII et réalisatrice de films. Elle a publié des articles dans diverses revues (Art Press, l’Art du cinéma...), principalement consacrés au cinéma de l’étrange, et approchant le 7e art comme « art monstre ». Elle a codirigé, avec Marcos Uzal, Tod Browning, fameux inconnu (Corlet, 2007). Elle réalise actuellement un ensemble de films courts sur l’Australie, portrait mosaïque du continent.

 

Pascale Risterucci, Les Yeux sans visage de Georges Franju, Crisnée, Yellow Now, collection « Côté films » n° 19, 2011, 112 p., 12x17.

 

La fiche du film est ici.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Archives