Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 00:10

 

 

Même à mon pire ennemi…
Souvenirs d’une parenthèse : Fresnes 1980-1985

De Louis Beretti
L’Insomniaque (2010)

 

L’argent, ça se gagne honnêtement, comme le font les gros financiers.
Une, deux ! Boulot ! Salaire !
Et les vaches seront bien gardées. Allons-y !
Arc-boutons-nous ! Tu crèves ! Je passe !
Tous à la tripaille du marché du travail !

 

Louis.jpg

 

Présentation de l’éditeur :

Lors d’une brèche ouverte par les espoirs déçus de Mai 68, Louis Beretti devient braqueur de banques en compagnie de quelques amis animés par un même idéal libertaire. Malheureusement, suite à une dénonciation, le braqueur se retrouve en prison pendant plusieurs années (et pour un braquage qu’il n’a pas commis).

Beretti raconte avec une rage jamais éteinte l’arrestation aussi brutale que banale devant sa famille… les interrogatoires et le chantage de la police… le jugement et la condamnation.

Il décrit ensuite les années d’incarcération : l’arrachement à ceux qu’il aime et la solitude, le temps suspendu et l’intimité abolie, le bruit des portes qui claquent et les hurlements des codétenus, les fouilles incessantes et la bouffe infecte, les transferts à répétition…

Longtemps après sa sortie, il n’a en rien renié ses principes anti-carcéraux – et réaffirme par le titre de son récit « Même à mon pire ennemi » il ne souhaitera jamais de subir la pire déchéance que l’homme ait infligée à l’homme : l’enfermement.

Le site de l’éditeur est ici. La couverture ci-dessus n’est pas celle qui a été retenue par l’éditeur, de plus, elle comporte une erreur sur les dates : il s’agît de 1980-1985. Je mettrais plus tard l’illustration définitive en ligne.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Archives