Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 18:51


J’évoquais hier le livre collectif La Révolution française, Une histoire toujours vivante, dirigé par Michel Biard et paru chez Tallandier ce mois-ci. Quant à faire, autant livrer les références de son précédent titre chez le même éditeur, d’autant que le sujet est passionnant.

 

sans-culotte.jpg

Présentation de l’éditeur :

 

« C’est mon petit doigt qui me l’a dit », « manger la laine sur le dos », « tirer les vers du nez », « prendre la balle au bond », « il n’y a plus à tortiller », « s’en foutre comme de l’an quarante », « être au bout du rouleau », « manger de la vache enragée »… Qui d’entre nous n’a manié ou entendu, ne serait-ce qu’une fois, l’une ou l’autre de ces expressions ? Ces tournures, reflets de la langue populaire du XVIIIe siècle, émaillent les pages du Père Duchesne, le célèbre journal de Jacques René Hébert, paru de 1790 à 1794. Journaliste de génie, à l’avant-garde du combat révolutionnaire, Hébert se fit, à l’apogée de son influence politique, l’écho et le porte-parole des sans-culottes parisiens. À coups de métaphores familières, de jurons désopilants, de situations improbables, il savait faire mouche et mettre les rieurs de son côté, qu’il s’agisse de railler le « daron » (Louis XVI), l’« architigresse » (Marie-Antoinette) ou le « général Blondinet » (La Fayette). Son héros, le Père Duchesne, toujours heureux de « s’en foutre une pile » en « étouffant des enfants de choeur » à la santé de la Nation, voulait « dépapiser Rome », « foutre à la lanterne » les aristocrates et faire monter dans la « voiture à trente-six portières » (la charrette des condamnés) les adversaires de la Révolution. Hébert lui-même allait périr en mars 1794, victime de la « cravate du docteur Guillotin ». Les mots du Père Duchesne traduisent, parfois avec outrance, souvent avec justesse, la culture de la rue, le climat politique d’une époque, et sa radicalisation entre 1790 et l’an II. Plus encore, ils témoignent de la richesse d’une langue, de ses évolutions et de ses survivances dans le parler quotidien et l’« argot » de notre siècle.

 

Agrégé d’histoire et docteur de l’université Paris I, Michel Biard est professeur d’histoire du monde moderne et de la Révolution française à l’université de Rouen. Il dirige en outre les Annales historiques de la Révolution française. On lui doit notamment Collot d’Herbois. Légendes noires et Révolution (1995), Missionnaires de la République. Les représentants du peuple en mission, 1793-1795 (2002), La Révolution française. Dynamiques, influences, débats, 1787-1804 (avec Pascal Dupuy, 2004) et Les Lilliputiens de la centralisation. Des intendants aux préfets : les hésitations d’un « modèle français » (2007).

 

Michel Biard, Parlez-vous sans-culotte ? Dictionnaire du Père Duchesne, 1790-1794, Paris, Tallandier, 2009, 576 p.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

Recherche

Archives