Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 15:17

 

 

Bourget1.jpgBourget3Bourget4B2B3.jpgB4.jpgB5.jpgB1

 

Le site officiel du salon du Bourget est ici.

B6.jpg

 

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 14:00

 

 

 

Grasset1.jpg

 

« Eugène Grasset, l’art et l’ornement »

j’usqu’au 12 juin 2010
au musée cantonal des Beaux-arts de Lausanne
(Palais de Rumine, place de la Riponne)

 

Présentation du musée :

Meubles, affiches, illustrations, tapisseries, céramiques, vitraux, bijoux, calendriers, estampes décoratives… Eugène Grasset (1845-1917) a exercé une influence majeure sur la renaissance des arts décoratifs en France à l’époque de l’Art nouveau.

Lausannois naturalisé français, il s’installe à Paris en 1871 où ses rencontres avec les artistes du cabaret Le Chat Noir et surtout avec l’imprimeur Charles Gillot le font participer au renouveau industriel et esthétique du mobilier, de l’illustration et de l’affiche. Ne concevant l’art de demain que guidé par l’observation de la nature, ce fils d’ébéniste conjugue une culture encyclopédique et une connaissance des matériaux et des techniques qu’il met au service d’une beauté décorative moderne, répandue dans les objets du quotidien. Perméable aux courants néomédiéviste, japoniste et symboliste, Grasset est consacré maître de la nouvelle génération après son exposition de 1894 au Salon des Cent. Créateur de la célèbre Semeuse à tout vent, emblème des éditions Larousse, il dessine aussi une typographie, le caractère Grasset. Il triomphe en 1900 à l’Exposition universelle de Paris, où il expose des bijoux dessinés pour le joaillier Henri Vever.

L’engagement de Grasset dans ses activités d’enseignant et de théoricien avec la publication de La Plante et ses applications ornementales (1896-1897) et de la Méthode de composition ornementale (1905) lui donne un rôle de précurseur que lui reconnaîtront notamment Alphonse Mucha, Augusto Giacometti, Maurice Pillard- Verneuil, Paul Berthon.

 

Grasset2.jpg

 

Exposition

L’exposition montre comment, dans le Paris de la Belle Époque, l’art a voulu changer la vie. Son parcours chronologique et thématique se déroule en dix étapes : De l’Orient au Moyen Âge, La nature et ses applications ornementales, Les ouvrages illustrés, Le vitrail, L’affiche, Les estampes décoratives, Mois et Saisons, Femmes emblématiques, La musique, Les nuages.

 

Catalogue

Trente ans après la publication de la dernière monographie de référence sur l’artiste, un ouvrage en français de 224 pages, richement illustré, paraît aux éditions Cinq Continents à Milan. Avec des essais de Marie-Eve Celio-Scheurer, Danielle Chaperon et Philippe Kaenel, Hugues Fiblec et Rossella Froissart, Jean-David Jumeau-Lafond, Catherine Lepdor, Jean- François Luneau, Anne Murray-Robertson, Odile Nouvel-Kammerer, Evelyne Possémé, François Rappo, Nicholas-Henri Zmelty.

Prix : CHF 55.- / Après l’exposition : CHF 60.-

 

Le site est ici, avec une autre présentation. L’affiche de l’exposition est ici où il est aussi question des collections du musée cantonal.

 

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 11:06

 

 

 

6a012875e3b7c6970c014e86c72ea2970d.jpg

 

Se demande Raphaelle, dont il a été question ici.

 

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 10:45

 

 

 

header.jpg

 

Vu dans Libération l’annonce de cette campagne de dessinateurs en faveur des victimes japonaises. La vente des dessins originaux et les bénéfices d’un livre à paraître seront reversés à Give2Asia. Le bandeau ci-dessus est illustré par Rémi Maynègre.

C’est très décevant dans l’ensemble, à la limite de la médiocrité – toutes ces larmes et ces ronds rouges, oh la la ! On touche le fond de l’imaginaire européen concernant le Japon et les catastrophes naturelles en général, car il n’est évidemment pas question de nucléaire chez tous ces auteurs pétris de bons sentiments, surtout pas de sujets qui fâchent.

J’ai quand même sauvé de cette sélection pathétique les œuvres de deux Français, les seules politiques : trois de Quibe et la dernière d’Akiza.

 

91181234.jpgtotoro.jpgkokeshi.jpgakiza.jpg

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 08:23

 

 

 

110321-0002.jpg110321-0003.jpg110321-0004.jpg

C’est à lire ici et voir .

 

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 07:44

 

 

 

Voici un tract qui m’a été transmis le 17 mars auquel je souscris à 100 %.

 

 

Nucléaire : transparent ou pas, on n'en veut pas !
Dégageons de nos vies les nucléocrates
et leur industrie mortifère

 

Tout le monde, et d’abord les Japonais, peut aujourd'hui mesurer l'apothéose de l'ère nucléaire commencée à Hiroshima – « Une révolution scientifique » selon Le Monde du 9 août 1945…

 

Qu'une catastrophe industrielle d'ampleur sans doute inégalée soit nécessaire pour un changement radical, rien n'est moins sûr. Déjà se précipitent sur le devant de la scène ces mêmes experts de la gestion du désastre qui organisent la pacification et aménagent les alternatives pour une fuite en avant à travers les fissurations de la société techno-marchande.

Les écologistes ont déjà enterré toute opposition radicale déterminée au nucléaire par des compromis conduisant à la relance de Superphénix, à accepter l'industrie du déchet radioactif et, enfin, à sacrifier toute critique conséquente sur l'autel de l'effet de serre et autre Grenelle…

 

De leur côté, devant l'ampleur de la crise, les nucléocrates n'ont plus d'autre solution que de se rallier à la cause de la transparence. Ainsi depuis trois jours, les communiquants de l'industrie et leurs politiciens rivalisent de descriptions menaçantes et tragiques avec leurs contestataires. Ils espèrent ainsi redorer leur blason sérieusement terni par leurs mensonges depuis toujours - et pas seulement au moment de Tchernobyl.

Idem pour toute la Verdure, qui saute sur l'occasion de prendre enfin sa part dans la gestion des catastrophes… et de progresser dans l'électorat. Maintenant, grâce aux écolos, on ne dit plus « le nucléaire ou la bougie » mais « on ne fait pas de nucléaire par plaisir mais par nécessité ». Après le temps de l'arrogance vient celui de la mesure.

 

Tout ce joli monde va s'entendre en vue d'un débat qualifié de « public », c’est-à-dire à coups d'audits et de causeries démocratiques télévisés. Nous serons fermement priés d'en accepter les conclusions. On discute même de la prolongation du cauchemar (25 ans pour les écolos, cinquante pour les nucléocrates). On promet que tout le matériel va être révisé, testé etc., et que tout sera dit. Mais qu'avons-nous donc encore besoin de savoir sur le nucléaire après ces derniers jours ?

 

Quant aux citoyens, ils aimeraient bien consommer avec meilleure conscience. Alors, « tant qu'on n'a pas trouvé mieux, le nucléaire, c'est quand même pas mal même s'il y a des risques, et puis il y a des experts » entend-on dire. Et tout cela sur le dos des Japonais ! Car l'ignoble « retour d'expérience » est déjà là, sans qu'on aie même besoin d'attendre les résultats monstrueux de la tragédie en cours : c'est la cogestion d'une crise sans précédent de la civilisation industrielle, dont le nucléaire est la mortelle apothéose historique.

 

Ce qui importe désormais aux sauveteurs du capitalisme industriel n'est plus de minimiser la possibilité de fuites radioactives mais bien de nous convaincre de l'impossibilité de « fuir » ce monde.

 

Nous avons quant à nous l'intention de perturber autant que possible ce plan de sauvetage du nucléaire, en France comme ailleurs. Nous n'avons pas le goût de négocier la longueur de nos chaînes, radioactives ou autres.

Seul ce monde et nul autre a besoin d'autant d'énergie pour nous maintenir dépendants du cycle infernal : la destruction de plus en plus avancée du monde et sa mise en scène sont désormais les outils les plus modernes de la domination. La peur sans fin qu'elles suscitent justifie toutes les contraintes, toutes les atteintes aux droits les plus élémentaires. La vision capitaliste du monde est bien celle du gang nucléaire. La démence des oligarchies entraîne l'humanité vers toujours plus de catastrophes, auxquelles il faut bien sûr s'adapter puisqu'elles font partie du contrat social : beaucoup de destruction en échange de quelques miettes polluées.

 

A l'encontre des médiacrates, nous espérons ne pas être seuls à être capables d'exprimer le seul sentiment à la hauteur de la situation : la rage. Conjointement au courage dont les populations du Maghreb nous redonnent le goût, c’est le seul remède à la peur du vide. Toute vie sans le nucléaire fait plus envie que cette abjecte soumission. Pour le reste, on saura l’inventer ! 

 

Empêchons les Verts de sauver le nucléaire, de redonner un ballon d'oxygène au capitalisme. Nous refusons que quiconque soit encore le cobaye du « retour d'expérience » : fermons le laboratoire nucléaire mondial. La tyrannie technologique doit cesser. Au nom de l'amitié entre les peuples.

 

Association contre le nucléaire et son monde

acnm@no-log.org

 

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 06:23

 

 

 

carte-des-prelevements.jpg

 

Les informations que viennent de fournir la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité) sont extrêmement inquiétantes. Comme le montre la carte ci-dessus des relevés d’aliments contaminés (à 100 km de Fukushima), il ne fait plus de doute qu’un nuage radioactif a traversé tout ou partie de l’archipel.

Mensonges donc des autorités tant japonaises que françaises et des médias qui les ont relayés ! Nous apprendrons assez rapidement je pense l’ampleur de la catastrophe, mais il faut d’ores et déjà tabler sur un TCHERNOBYL BIS.

À lire absolument le dossier que l’on peut consulter ici. J’en livre quelques extraits.

 

extrait1.jpg

mesures1.jpgmesures2.jpg

Communique-CRIIRAD.jpg

Repost 0
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 05:15

 

 

 

Japan Josh Geiser

Œuvre de Josh Geiser qui vient elle aussi de Pink Tentacle.

 

Repost 0
Published by shige - dans Japon
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 04:53

 

 

 

Pour mon ami Francis

 

igarashi_1.jpgigarashi_2.jpgigarashi_3.jpgigarashi_4.jpgigarashi_5.jpgigarashi_6.jpgigarashi_7.jpgigarashi_8.jpg

 

De pareils véhicules ne peuvent venir que des pages de Pink Tentacle.

 

Repost 0
Published by shige - dans Japon
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 04:35

 

 

 

Pour les Communards de Valence

 

Vive-la-Commune-PCG.jpg

 

La Commune de Paris fête ses 140 ans.

(Source de l’image : Parti communiste grec.)

 

Repost 0

Présentation

Recherche

Archives