Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 00:10

 

 

Même à mon pire ennemi…
Souvenirs d’une parenthèse : Fresnes 1980-1985

De Louis Beretti
L’Insomniaque (2010)

 

L’argent, ça se gagne honnêtement, comme le font les gros financiers.
Une, deux ! Boulot ! Salaire !
Et les vaches seront bien gardées. Allons-y !
Arc-boutons-nous ! Tu crèves ! Je passe !
Tous à la tripaille du marché du travail !

 

Louis.jpg

 

Présentation de l’éditeur :

Lors d’une brèche ouverte par les espoirs déçus de Mai 68, Louis Beretti devient braqueur de banques en compagnie de quelques amis animés par un même idéal libertaire. Malheureusement, suite à une dénonciation, le braqueur se retrouve en prison pendant plusieurs années (et pour un braquage qu’il n’a pas commis).

Beretti raconte avec une rage jamais éteinte l’arrestation aussi brutale que banale devant sa famille… les interrogatoires et le chantage de la police… le jugement et la condamnation.

Il décrit ensuite les années d’incarcération : l’arrachement à ceux qu’il aime et la solitude, le temps suspendu et l’intimité abolie, le bruit des portes qui claquent et les hurlements des codétenus, les fouilles incessantes et la bouffe infecte, les transferts à répétition…

Longtemps après sa sortie, il n’a en rien renié ses principes anti-carcéraux – et réaffirme par le titre de son récit « Même à mon pire ennemi » il ne souhaitera jamais de subir la pire déchéance que l’homme ait infligée à l’homme : l’enfermement.

Le site de l’éditeur est ici. La couverture ci-dessus n’est pas celle qui a été retenue par l’éditeur, de plus, elle comporte une erreur sur les dates : il s’agît de 1980-1985. Je mettrais plus tard l’illustration définitive en ligne.

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 23:04

 

  DSCN9265Willette 2AWillette 2BWillette 3AWillette 3BWilette 4AWilette 4BWillette 5Willette 6AWillette 6BWillette 7AWillette 7BDSCN9272

 

L’Assiette au beurre n° 28, 12 octobre 1901, « Les emmerdeurs » par Adolphe Willette.

Source : eBay.

L’Assiette au beurre, c’est ici (Mirbeau) et (Vallotton).

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 18:59

 

 

1848 Les Enfants de Paris aux barricades

Les Enfants de Paris aux barricades

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 17:46

 

 

Fourier afficheFourier affiche 2

 

« Charles Fourier, L’Écart absolu »

 

Ayant appris fort tard l’existence de cette exposition qui s’est achevée en avril dernier, j’ai tenu néanmoins à l’évoquer pour plusieurs raisons. La première d’entre elles tient évidemment à la personnalité de Charles Fourier, l’un des plus grands penseurs français de la première moitié du XIXe siècle (1772-1837). L’écho de cette figure majeure nous est parvenu par la voix d’André Breton (Ode à Charles Fourier, 1947) et, plus récemment, par celle de Raoul Vaneigem (son édition critique Des harmonies polygames en amour en 2003).

Il m’importait aussi d’attirer l’attention sur l’activité du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon (dont j’ai évoqué l’exposition des photographies de Bernard Plossu). Les Parisiens le savent bien, on ne fait que très rarement la promotion des expositions organisées en province, aussi précieuses soient-elles. Ce sont là des logiques centralisatrices très anciennes, contre lesquelles il serait vain de vouloir lutter. On peut en revanche se démarquer en étant attentif à ce qui se joue ailleurs et en tâchant d’en rendre compte.

Je tiens à remercier Madame Françoise Frontczak, responsable de la communication de l’établissement, pour sa diligence et pour la documentation qui vient entièrement du musée des beaux-arts et d’archéologie.

 

Arroyo

Four1

 

Présentation du musée :

L’exposition Charles Fourier. LÉcart Absolu du Musée des Beaux-arts et d’Archéologie de Besançon relève d’un parti pris. Elle propose une vision, aussi bien historique que contemporaine, des aspects novateurs et précurseurs de l’utopie du philosophe bisontin. Elle soulève des questionnements, des réflexions sur la société actuelle, comme sur la création contemporaine. C’est aussi une ode à l’imaginaire, une invitation à découvrir l’« Autre monde » de Fourier.

Charles Fourier (Besançon, 1772-Paris, 1837), s’insurgeant contre la société de son temps, prépare le règne de l’« Harmonie ». Alors que Newton, par l’attraction de la matière, découvre la loi physique de l’Harmonie universelle, Fourier, en véritable scientifique, prétend dévoiler la loi psychique qui gouverne le monde : l’« Attraction passionnée ».

Grand ordonnateur, Fourier fabrique huit-cent-dix caractères humains, réunis dans une cité idéale, le phalanstère. Psychologue, il crée une théorie des passions amoureuses, aussi inédite que subversive. Inventeur audacieux, il élabore une explication complète de l’univers, ainsi qu’une étrange cosmogonie.

Convaincu de pouvoir « transformer le monde » (K. Marx) et « changer la vie » (A. Rimbaud), il ose prophétiser « une époque où les oranges mûriront à Varsovie et où l’on pourra transformer l’eau de mer en limonade » (J. Beecher).

 

exp1

exp2

exp3

exp4

exp5

 

Je signale la parution du catalogue Charles Fourier, L’écart absolu aux éditions Les Presses du réel. Le sommaire et des reproductions des pages intérieures sont disponibles ici et .

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 16:50

 

 

Trois ouvrages de Charles Cros ont été publiés par l’Atelier du Gué. Voici les présentations de la maison d’édition. Leur site est ici.

 

Atelier du Gué Charles Cros

 

Charles Cros, Inventeur et poète, 1842-1888

Plus personne ne s’étonne de la photographie en couleurs… Chacun écoute des disques, y compris ceux qui sont primés par l’Académie Charles Cros, sans se poser de questions…

Qui connaît le Hareng Saur ?

Qui se doute qu’Edison n’est pas le véritable inventeur du phonographe ? Et qui se souvient de la belle Nina ?

Qu’importe. Derrière toutes ces merveilles, le même homme, Charles Cros, né à Fabrezan dans l’Aude, en 1842.

On lira dans ce livre, réalisé pour le centenaire de sa mort, une biographie illustrée, une bibliographie et un choix de textes tirés des Monologues, de ses recueils poétiques et de ses travaux scientifiques. Tout ce qui est nécessaire pour faire connaissance ou pour renouer contact avec un homme de bonne compagnie !

Né en 1842 à Fabrezan dans les Corbières, Charles Cros fut un savant de talent à qui l’on doit deux inventions majeures : le phonographe et un procédé de photographie des couleurs. Il est mort à Paris en 1888.

Son souvenir est célébré par l’Académie musicale qui porte son nom et, dans l’Aude, par une excellente cuvée de vin de Corbières qu’il n’eut pas désavouée.

Poète, Charles Cros est aussi l’auteur du Coffret de santal et du Collier de griffes.

Paru en 1988, nouvelle édition en 2010. Illustré, 11 x 15,5, 160 p., 9,15 €.

Dessin de couverture : caricature par Cabriol, extraite du journal L’Hydropathe de 1879.

 

Charles Cros, Inédits et documents, Essais - Inventions - Correspondances

Présentés par Pierre E. Richard

Il aura fallu attendre un siècle pour que soient mis à jour et publiés l’ensemble des travaux scientifiques et les correspondances de Charles Cros.

Ce livre présente près de 300 pages inédites et les reproductions des premiers clichés en couleurs réalisés par Charles Cros, que personne n’avait vus jusqu’à cette publication. Un livre qui mêle curiosités scientifiques et poétiques, qui témoigne du génie de cette époque de recherche et d’invention.

Illustrations en noir et blanc, autoportrait de l’auteur et premières photos en couleurs, inédites.

Prix de littérature de l’Académie Charles Cros

Paru en 1992, 15,5 x 22,5, 292 p., 38,11 €.

Co-édition avec Jacques Brémond.

 

Cros Atelier du Gué1

 

Charles Cros, Saynètes et monologues

Dans le Paris des années 1880, le monologue a une place de choix. Dans les soirées privées comme dans les cafés-concerts, autour du journal Le Chat Noir et de son théâtre d’ombres, artistes, poètes et noctambules le portent à la hauteur d’un art véritable.

Coquelin-Cadet, de la Comédie-Française, se fait une spécialité du monologue, « enfant bizarrement conformé, dont le premier bégaiement a été Le Hareng saur ». Charles Cros est son auteur attitré.

Plus d’un siècle plus tard, la modernité de ces textes apparaît avec évidence. Cros, le savant naïf, refait le monde avec des mots. Enchanteur et curieux de tout, poète et inventeur, il applique aux petites choses de la vie les grandes lois de l’univers. Il en sort un comique nouveau, fondé sur une logique irréfutable, sur l’absurdité des codes humains, sur l’engrenage des mots.

Plus tard, beaucoup plus tard, viendront Boris Vian, Marcel Aymé, Raymond Queneau, Raymond Devos, Coluche… Le fil qui les relie à Cros est aussi solide que la ficelle – longue, longue, longue, au bout de laquelle un hareng saur très lentement se balance – toujours, toujours, toujours…

Parution en 1995, réimpression 2006, 176 p., 14 €.

Le poème de Charles Cros a été donné ici.

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 16:35

 

 

Oulipo1.jpg

 

Le film de Jean-Claude Guidicelli et Frédéric Forte L’Oulipo mode d’emploi sera diffusé sur Arte demain, le 20 décembre, à 23 h 45. On peut voir trois extraits ici.

 

Oulipo2.jpg

 

Repost 0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 08:29

 

Faustroll

Présentation de l’éditeur :

« Tout est dans Faustroll, affirmait Boris Vian, y compris la manière de cuire un mouton vivant jusqu’à la halte du cuit-à-point ». Le Faustroll est le maître-livre d’Alfred Jarry. Au cours de sa navigation sur terre ferme, le savant docteur révèle au singe Bosse-de-Nage « qui ne savait de parole humaine que ha ha », à l’huissier Panmuphle qui consigne tout par écrit et au lecteur les plus singulières quintessences de la littérature, de l’art et de la science de son temps (l’ouvrage fut écrit en 1897-1898) et définit la Pataphysique, « science des solutions imaginaires » qui culmine dans le calcul de la surface de Dieu. Ainsi la Pataphysique, née avec Ubu parmi les garnements du lycée de Rennes, atteint-elle une dimension ubuniverselle.

Fondée sur les deux manuscrits existants, révisée et mise à jour, cette édition propose un riche commentaire, avec documents illustrés, éclairant aussi bien les allusions à la vie littéraire de l’époque que la langue somptueuse de Jarry et ses emprunts à Rabelais ou aux grands scientifiques, qu’il lisait assidûment.

« Société de recherches savantes et inutiles », le Collège de ’Pataphysique, institué en 1948, a réuni ou réunit encore des esprits aussi originaux que Raymond Queneau, Marcel Duchamp, Ionesco ou Arrabal, mais aussi des érudits hors norme qui, entre autres, ont fondé les études jarryques.

 

Alfred Jarry, Gestes et opinions du docteur Faustroll Pataphysicien, Roman néo-scientifique, édition annotée par le Collège de ’Pataphysique, Paris, Éditions de La Différence, 2010, 14 x 21, 496 p.

Le site de l’éditeur est ici.

 

Repost 0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 01:37

 

 

snark.jpg

 

Du même Lewis Carroll, ceci.

 

Repost 0
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 21:55

 

 

Saluons l’initiative de Choses vues qui sort L’Invention du monde, le film de Michel Zimbacca et Jean-Louis Bédouin avec un commentaire de Benjamin Péret. Le Dvd comprend de nombreux bonus, dont un entretien avec André Breton.

 

Couv_DVD-IDM.jpg

 

Présentation de l’éditeur :

Choses Vues sortira (le 16 décembre 2010) le premier DVD d’une collection consacrée aux rapports entre les surréalistes et le cinéma. Intitulée L’Invention du monde, la première édition regroupera 3 courts métrages, un entretien inédit de la télévision canadienne avec André Breton (26’,1961) et, en supplément, un entretien entre Jean-Michel Arnold, Bertrand Schmitt et Michel Zimbacca réalisé pour le DVD (45’, 2009).

Les films :

L’Invention du monde (26’) et Quetzalcoatl, le serpent emplumé (8’) réalisés en 1951 par Jean-Louis Bédouin et Michel Zimbacca, avec un commentaire de Benjamin Péret.*

Ni d’Eve ni d’Adam (10’), réalisé en 1969 par Michel Zimbacca, avec notamment le surréaliste Jean Benoît (en costume du Nécrophile).

Entretien avec André Breton (26’). Un document extrêmement rare dans lequel André Breton donne sa définition du Surréalisme. Film tourné de 1961 dans son atelier de la rue Fontaine

Digipack - DVD PAL - toutes zones

VO française

* Commentaire publié dans le tome VI des Œuvres complètes de Benjamin Péret (José Corti), et en italien dans L’Invenzione del mondo, Arturo Schwarz, Milan, 1959 (épuisé).

 

l-invenzione-del-mondo-copy.jpg 

Toutes les informations sur L’Invention du monde se trouvent sur le site de Choses vues, ici. L’éditeur sera présent le dimanche 19 décembre à l’ÉOF, au Marché noir.
Voir aussi Les surréalistes et le cinéma.

 

Repost 0
Published by shige - dans Avant-garde
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 21:10

 

 version-1994.jpg

 

Marc Dachy, Dada & les dadaïsmes, Paris, Gallimard, collection « Folio/essais », 1994, 11x18, 514 p. + cahier d’illustrations de 16 p. 

Illustration de couverture : Kurt Schwitters, « D6 n° 50 », 1923-1926. Collage. 10,4x7,1 cm. Galerie Gmurzynska, Cologne.

 

Repost 0
Published by shige - dans Avant-garde
commenter cet article

Présentation

Recherche

Archives