Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 16:47



vache-de-normandie.jpg
La photographie est l’œuvre de Camille Rocher. Je la remercie de m’autoriser à la reprendre ici.


Repost 0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 14:56

 

« Amflora, la pomme de terre de la discorde »
Par Hervé Morin et Brigitte Perucca

Le Monde du 5 mars 2010

 

Amflora, la pomme de terre transgénique de BASF, autorisée à la culture en Europe par la Commission de Bruxelles, mardi 2 mars, continue de susciter la polémique. Chantal Jouanno, la secrétaire d’État à l’Écologie, a mis en cause l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui a émis l’avis favorable sur lequel Bruxelles s’est appuyé pour donner son feu vert. « La France et l’ensemble des pays européens, à l’unanimité, avaient demandé, en décembre 2008, à la Commission, de changer de procédure. Elle ne l’a pas fait. Sur le fond, on ne reconnaît pas cette expertise », a déclaré Mme Jouanno, mercredi 3 mars. Elle ajoute sa voix à celles des socialistes et des Verts, qui dénoncent « un fait accompli » de Bruxelles. L’Amflora s’invite ainsi dans la campagne des élections régionales.

La suite est à lire ici.


Encart.jpg

 

Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 17:44

 

« Trois maïs en liste d’attente »
Par Julie Majerczak

Libération du 2 mars 2010


Trois autres OGM destinés à la mise en culture sont en attente d’autorisation. Il s’agit de trois variétés de maïs qui ont déjà reçu le feu vert scientifique de l’Agence européenne de sécurité des aliments. Les deux premiers, le maïs BT 11 de Syngenta et le BT 1507 de Pioneer, confèrent une protection à la plante contre les insectes. Le dernier, le maïs NK 603 de Monsanto, est résistant à l’herbicide dévastateur RoundUp. À cela s’ajoute le maïs MON 810 de la même firme dont l’autorisation décennale doit être renouvelée. Faute de majorité qualifiée du côté des États membres, c’est la Commission européenne qui a le dernier mot.

 

John-Dalli--commissaire-europeen-a-la-Sante-et-a-la-Con.jpg

 John Dalli, commissaire européen à la Santé
et à la Consommation, Bruxelles, 2 mars 2010 (Reuters)


« Bruxelles autorise la culture d’une pomme de terre OGM »

Libération du 2 mars 2010

 La commercialisation de trois maïs transgéniques Monsanto à des fins alimentaires a également été acceptée.

La suite est à lire ici.

 

Madrid-8-janvier-2010--AFP-Pedro-Armestre-.jpg

José Manuel Barroso à Madrid le 8 janvier 2010
(AFP Pedro Armestre)


« La patate OGM intègre l’Union européenne »

Libération du 2 mars 2010

 Bruxelles a autorisé l’allemand BASF à mettre en culture l’Amflora. Une première depuis douze ans qui indigne les écologistes.

La suite est à lire ici.


Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 00:22

 

Comme je le craignais, il y a moins d’un mois, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a mis son plan à exécution. À lire donc, deux articles du Monde, un entretien dans Libération et un communiqué de presse de l’association France nature environnement.


Amflora-BASF--AFP-.jpgL’Amflor de la société BASF (AFP).

 

« La Commission européenne autorise la commercialisation d’OGM »
Par Hervé Kempf et Philippe Ricard

Le Monde du 2 mars 2010

 

Bruxelles, correspondant. La Commission européenne a autorisé, mardi 2 mars, le commerce de plusieurs organismes génétiquement modifiés (OGM). Les autorisations concernent la culture de la pomme de terre Amflora, mise au point par la firme BASF, ainsi que plusieurs variétés du maïs MON 863.

La mise sur le marché européen des produits transgéniques est bloquée depuis plusieurs années par les avis divergents des États européens sur l’opportunité de recourir à cette technologie.

Habilitée à trancher en dernier ressort, la Commission Barroso II justifie son choix en s’appuyant sur les avis de l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA), selon laquelle les variétés concernées ne posent aucun problème pour la santé. Par cette décision, le président de la Commission, José Manuel Barroso, cherche à avancer sur un dossier qui lui a valu des déboires sérieux lors de son premier mandat.

Les États membres s’étaient mobilisés, courant 2009, pour contrer sa proposition de lever la clause de sauvegarde mise en place en Autriche et en Hongrie contre la culture du MON 810. Six pays, dont la France et l’Allemagne, ont interdit la culture de cette variété produite par la firme Monsanto, et onze États ont demandé à pouvoir interdire les cultures transgéniques sur leur territoire.

M. Barroso entend profiter du début de son second mandat pour passer outre la paralysie des procédures. « Il devrait être possible de combiner un système d’autorisation communautaire (…) avec la liberté pour les États membres de décider s’ils veulent ou non cultiver des OGM », écrivait-il au moment de sa reconduction. Il cherche à mettre en œuvre cette politique, par l’intermédiaire du nouveau commissaire à la santé et à la protection des consommateurs, John Dalli. La gestion du dossier a été retirée à la direction générale de l’environnement, pour être confiée à celle de la santé, après le départ de Stavros Dimas, l’ancien commissaire à l’environnement, opposé à la culture des OGM.

 

Mépris des citoyens

La décision de la Commission est fragilisée par le fait que l’indépendance de l’AESA est mise en cause : comme l’a révélé en janvier l’association Corporate Europe Observatory, la directrice du groupe OGM de l’agence, Suzy Reckens, a quitté celle-ci début 2008 pour rejoindre la firme Syngenta, qui produit des OGM. Mme Reckens avait eu à valider des produits que la Commission veut autoriser.

Pour Corinne Lepage, députée européenne, « la Commission envoie un signal détestable aux citoyens européens : alors qu’il y a une défiance croissante à l’égard des OGM, elle leur dit qu’elle méprise leur avis ». Mme Lepage demande aussi que des études sur lrimpact sanitaire des OGM soient « menées par des organismes publics, et de manière transparente, ce qui nra pas été le cas depuis dix ans ».

Hervé Kempf et Philippe Ricard

 

BASF.jpg

« OGM : la pomme de terre pas commercialisée
en France dans l’immédiat »

Le Monde (avec AFP, Reuters) du 2 mars 2010

 

La décision de la Commission européenne d’autoriser le commerce de plusieurs organismes génétiquement modifiés (OGM), suscite, mardi 2 mars, un tollé chez les écologistes et l’opposition

Lire la suite ici.

 

« L’innocuité de la pomme de terre transgénique mise en cause »
Par Hervé Kempf et Philippe Ricard

Le Monde du 3 mars 2010


Bruxelles, envoyés spéciaux. La reprise des cultures transgéniques en Europe ne devrait pas se dérouler aisément. L’autorisation d’une pomme de terre transgénique, mardi 2 mars, par la Commission européenne, a suscité de vives réactions.

La firme allemande BASF, qui a mis au point cette variété, s’est réjouie de la décision, tandis que l’organisation des industriels des biotechnologies agricoles, Europabio, s’est déclarée « encouragée par cette approche fondée sur la réglementation ». Europabio souligne que dix-sept OGM (organismes génétiquement modifiés) sont actuellement en cours de procédure d’autorisation.

L’Allemagne, la Suède, la République tchèque et les Pays-Bas devraient commencer à cultiver cet OGM (organisme génétiquement modifié) au printemps. L’Italie et l’Autriche ont en revanche immédiatement annoncé leur intention d’interdire sa culture.

Le gouvernement français, qui a, comme six autres pays européens, suspendu sine die la culture du maïs Mon 810 (autorisé par l’Europe en 1998), a indiqué par un communiqué du ministère de l’Écologie qu’il « allait saisir le Haut conseil des biotechnologies (HCB), notamment sur la présence dans cette pomme de terre d’un gène de résistance à un antibiotique. » Le 1er mars, le Fonds stratégique d’investissement français a annoncé l’injection de 150 millions d’euros dans la coopérative Limagrain, qui développe des OGM.

Les organisations écologistes (Greenpeace, Friends of the Earth, France nature environnement) ont de leur côté vivement critiqué la décision de Bruxelles. Quant aux députés Verts européens, ils stigmatisent « l’incapacité des commissaires à prendre en compte les points de vue clairement exprimés par un nombre important des États membres ainsi que par une large majorité des citoyens européens. »

L’annonce a été faite par le commissaire européen à la santé et à la protection des consommateurs, John Dalli. C’est la première fois depuis douze ans que l’Union européenne délivre une telle autorisation. Dénommée Amflora, cette pomme de terre a été génétiquement modifiée afin d’augmenter son contenu en un composant chimique de l’amidon, l’amylopectine, dans le but de satisfaire des usages dans l’industrie du papier.

La validité scientifique de la décision suscite de vives interrogations. La pomme de terre Amflora contient en effet un gène de résistance aux antibiotiques kanamycine et neomycine. Or, la directive européenne sur les OGM 2001-18 prévoyait (son article 4-2) « l’élimination » de tels marqueurs, pour éviter l’éventuelle émergence de bactéries résistantes.

 

Indépendance

L’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA), sur les avis de laquelle la Commission se repose, a cependant jugé que ce marqueur ne posait pas de problème. Pourtant, deux avis de l’Organisation mondiale de la santé, en février 2005, et de l’Agence européenne des médicaments (EMEA), en février 2007, ont estimé que les antibiotiques concernés avaient un caractère thérapeutique notable. La position de l’AESA n’apparaît donc pas totalement convaincante. Pour Greenpeace, l’acceptation d’un OGM doté d’un marqueur de résistance aux antibiotiques est « incohérent ».

L’indépendance de l’AESA est, d’autre part, sujet à controverse depuis que l’Observatoire européen des multinationales (CEO) a révélé en janvier que la coordinatrice scientifique du groupe d’experts sur les OGM de l’AESA, Suzy Renckens, avait été embauchée en 2008 par le groupe Syngenta, qui produit des OGM : la société espère notamment que son maïs Bt 11 sera prochainement autorisé.

Les critiques à l’égard de l’agence européenne ont été relayées par les États membres : le 4 décembre 2008, le conseil des ministres européens de l’environnement avait adopté à l’unanimité des conclusions demandant d’« améliorer » le système d’expertise communautaire et « une évaluation détaillée des effets à long terme sur l’environnement » des OGM. Mais depuis cette réunion, peu de changements ont été apportés. Selon des fonctionnaires européens, « la réforme de l’ASEA n’est pas à l’ordre du jour ».

En fait, plutôt que de renouveler la méthode d’expertise, la Commission préfère assouplir le processus d’autorisation. D’ores et déjà, a indiqué John Dalli, « chaque État est libre d’autoriser ou non la culture de cet OGM ». D’ici à l’été, des réflexions seront menées au sein de la Commission de façon à donner plus de souplesse aux États membres pour appliquer, ou pas, sur leur territoire, les autorisations accordées au niveau européen. Il s’agit d’élargir leur marge de manœuvre, soit dans le cadre de la législation existante, soit en refondant les lois européennes.

Hervé Kempf et Philippe Ricard

 

BASF3.jpg

« En autorisant la pomme de terre OGM,
Bruxelles ne suit pas ses propres directives »
Recueilli par Philippe Brochen

Libération du 3 mars 2010

 

Chargé de campagne OGM pour Greenpeace, Arnaud Apoteker réagit à la décision de la Commission européenne d’autoriser la culture de la pomme de terre transgénique Armflora de l’allemand BASF.

Cette autorisation de culture de la pomme de terre OGM Armflora dans l’UE vous a-t-elle surpris?

Ce qui m’a surpris, c’est la rapidité d’action de cette nouvelle Commission. L’ancienne n’avait pas réussi à se décider sur cette question et avait transmis la patate chaude – si je puis dire – à la nouvelle Commission. C’est le commissaire à la Santé et à la Protection des consommateurs qui est en charge du dossier OGM. Et il faut avouer qu’on ne s’attendait pas à ce qu’il tente d’imposer l’Armflora aussi vite.

Pourquoi cette autorisation intervient-elle maintenant, selon vous ?

Il se trouve que la procédure européenne pour les autorisations de mise en culture d’OGM est assez complexe. Et elle impose à plusieurs étapes que les États membres votent sur une proposition d’autorisation. Or, la procédure veut que s’il n’y a pas de majorité qualifiée des États membres pour refuser un OGM, la Commission l’accepte. On en était là dans la procédure. C’est-à-dire que, quand la Commission a proposé l’Armflora en juillet 2007, une majorité a dit non, mais cela n’a pas atteint la majorité qualifiée.

Que reprochez-vous à cette pomme de terre transgénique ?

Nous avons une position de principe contre les OGM, mais dans ce cas, il s’agit en plus d’un très mauvais organisme transgénique. Greenpeace est opposé à toutes les disséminations d’OGM dans l’environnement, pas forcément opposé à l’utilisation d’OGM en milieu confiné. Car nous estimons tout simplement que ces OGM peuvent avoir des conséquences néfastes sur la biodiversité, l’agriculture familiale et la santé animale ou humaine. Nous pensons en particulier que le comportement de ces organismes nouveaux est imprévisible, en particulier en cas de changement climatique, de sécheresse ou de chaleur exceptionnelle. C’est-à-dire tout ce qui n’est jamais testé avec les OGM.

En dehors de son simple caractère transgénique, il se trouve que vous avez un grief particulier contre l’Armflora…

Oui. Nous sommes aussi opposés à cette pomme de terre car elle possède un gêne de résistance à des antibiotiques. Et que cela fait donc courir le risque éventuel de perdre l’efficacité de nos antibiotiques parce que ce gêne peut être éventuellement transféré à des bactéries. Or, l’Union européenne avait clairement indiqué et promis qu’il n’y aurait pas d’OGM avec des gênes de résistance aux antibiotiques après 2004. C’est la directive 2001-18 qui régit les cultures d’OGM en Europe.

L’UE est donc hors la loi par rapport à son règlement ?

Je ne sais pas si j’utiliserai ce terme de hors la loi, mais, à tout le moins, elle ne suit pas ses propres directives.

Quelle menace l’Armflora fait-elle peser en France ?

Jusqu’à présent, la seule culture transgénique autorisée en Europe était le maïs Monsanto MON 810. La France a appliqué une clause de sauvegarde sur ce maïs [interdisant sa culture, ndlr], mais elle n’interdit pas les cultures transgéniques de façon générale. Donc, avec cette nouvelle autorisation de la Commission européenne, on pourrait tout à fait cultiver cette pomme de terre en France. Ce que nous demandons au gouvernement, c’est donc d’appliquer immédiatement la clause de sauvegarde sur cette pomme de terre, afin d’écarter le risque qu’elle soit plantée en France.

Etes-vous optimiste par rapport à cette demande ?

Le ministre de l’Agriculture a déjà répondu en indiquant qu’il allait faire examiner le dossier par le Haut conseil des biotechnologies (HCB), qui est l’organe créé pour conseiller le gouvernement sur la question des OGM. On ne peut qu’espérer que ce HCB va prendre en compte les questions relatives à ce gêne de résistance aux antibiotiques et donc conseiller au gouvernement d’appliquer la clause de sauvegarde.

Philippe Brochen


 

 

cp-OGM-Bruxelles.jpg

Repost 0
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 23:14

 

Le-Monde-OGM.jpg


« Barroso veut étendre la culture d’OGM à toute l’UE »
Le Monde
avec AFP du 8 février 2010

 

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, veut relancer le processus d’autorisation de la culture de deux OGM controversés très vite après la prise de fonctions de sa nouvelle équipe, la semaine prochaine, ont assuré à l’AFP plusieurs sources européennes. « L’autorisation de la culture du maïs MON810 et de la pomme de terre Amflora est une de ses priorités », a confié une source au sein de l’exécutif bruxellois, sous couvert de l’anonymat. « Il veut aller vite pour se débarrasser de ce problème qui lui a pourri son premier mandat », a confirmé un responsable européen.

La première réunion de la nouvelle Commission est prévue le 17 février, « mais le programme de travail est encore en cours d’élaboration », a précisé la porte-parole, Pia Ahrenkilde Hansen. Monsanto attend le renouvellement de l’autorisation pour la culture du MON810, seul OGM cultivé à ce jour dans l’UE, et la société BASF bataille pour sa pomme de terre. D’énormes intérêts financiers sont en jeu. BASF estime entre 30 et 40 millions d’euros par an les revenus dégagés par Amflora, si sa culture est autorisée.

« Barroso ne raisonne qu’en termes de marchés et de relations commerciales », a souligné le responsable européen. « Il se fonde sur les avis scientifiques qui disent que ces OGM ne présentent pas de risques pour la santé, mais ne se préoccupe pas des possibles conséquences à long terme sur l’environnement », a déploré la source au sein de la Commission. Le départ de Stavros Dimas, commissaire à l’environnement opposé à la culture des OGM, facilite la tâche à M. Barroso. Mais il doit tenir compte des réticences des États. Six pays, dont la France et l’Allemagne, ont interdit la culture du MON810, et onze États ont demandé à pouvoir interdire toutes les cultures d’OGM.

 

Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 08:16

 

 

 


Super Size Me
De Morgan Spurlock (2004)


Démonstration par l’absurde de la nocivité des produits McDonald’s et du pire d’entre eux, le menu Supersize où tout est exagérément trop, de la taille des portions aux calories.

Depuis le temps que l’on entend dire que McDonald’s vend de la merde, il fallait en avoir le cœur net. L’Américain Morgan Spurlock, un garçon plutôt porté sur les produits biologiques, décide d’en faire l’expérience en se nourrissant exclusivement dans le célèbre fast food trois fois par jour pendant un mois. Surveillé par une équipe médicale (généraliste, nutritionniste, cardiologue),
Spurlock fait régulièrement des examens afin de suivre l’évolution de son état de santé ; dans le même temps, il sillonne les États-Unis pour enquêter sur le phénomène de l’obésité. Malgré le fait que son état de santé se détériore dangereusement, qu’il fait un infarctus et sombre dans la déprime, le documentaire se situe aux confins de la comédie – c’est le Jackass des altermondialistes !

Une conséquence heureuse de ce film, McDonald’s retirera définitivement le menu Supersize de ses enseignes. Spurlock mettra un an avant de récupérer son poids et sa santé.



Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 02:53

 

 

 


Food Inc.
De Robert Kenner (2008)


J’ouvre une sous catégorie dans la section l’holocauste du monde animal pour évoquer les nombreux films qui depuis quelques années abordent des thèmes « altermondialistes ».

On ne peut dissocier la production de ces documentaires d’un autre phénomène, qui est le succès persistant des œuvres de Michael Moore. Tout juste vingt ans après Roger & I, Moore sort ces jours-ci Capitalism: A Love Story, sur la récente crise économique.

Je vais en parler au fur et à mesure que je les découvrirai, ayant décidé de tous les voir, histoire de me rattraper de les avoir superbement ignoré depuis des années, à une ou deux exceptions près.

Food Inc. évoque l’évolution du marché agro-alimentaire aux États-Unis ces dernières décennies. Sans être un chef-d’œuvre formel ni un puit de révélations, ce documentaire synthétise ce que l’on a pu voir et lire ailleurs. Ceci dit, il n’est pas déplaisant, et il n’est pas inutile de s’entendre rappeler les ravages causés par les firmes McDonald et Monsanto, et d’apprendre la place toujours croissante du maïs à tous les échelons de la chaîne alimentaire.


Vous pouvez accéder au site officiel de Food Inc., ici. Des bandes-annonces et des extraits circulent sur YouTube et DailyMotion. Par ailleurs, vous trouverez beaucoup de sites, dont takepart.com, qui accompagnent le propos du film qui vise à faire évoluer en douceur les habitudes alimentaires des Américains du nord.

Repost 0

Présentation

Recherche

Archives