Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 11:34

 

 

 

Le monde appartient à ceux qui se soulèvent tôt
Le Monde du 23 mars 2011

 

Que la sociologie prenne souvent parti pour le maintien de l’ordre, c’est un fait connu, mais il est plus inhabituel de voir un sociologue s’engager carrément du côté de la police. Tel est pourtant le cas de l’auteur d’un article intitulé « Démasquer les méthodes du collectif de Tarnac » publié le 7 mars sur Le Monde.fr.

Comme dans une garde à vue, M. Cibois feint de comprendre l’inverse de ce qu’ont écrit les « mis en examen de Tarnac » dans une tribune publiée dans Le Monde daté 24 février : « Il importe peu de savoir à qui, pour finir, on imputera les actes qui furent le prétexte de notre arrestation. » Tenir ces lignes pour un aveu, ou pire, pour la revendication des actes en question : il faut pour cela avoir l’âme d’un policier ou d’un juge d’instruction antiterroriste. Quiconque a un peu suivi l’affaire sait que les sabotages en question ont été revendiqués par un groupe allemand le jour même des faits, que le crochet est comme une signature des antinucléaires allemands, et que cette méthode ne comporte aucun danger pour la vie humaine. La dernière fois que la France a convoyé outre-Rhin des déchets nucléaires, il s’est trouvé quelque 50 000 personnes pour essayer de bloquer le convoi. Traiter de « terroristes » ceux qui s’opposent à l’empoisonnement du monde par le lobby nucléaire relève de la terreur d’État.

Si l’on s’en tient aux faits, cette affaire se réduit à la tentative désespérée d’attribuer à deux personnes un sabotage, celui de Dhuisy, en Seine-et-Marne. Ce sabotage n’a d’ailleurs arrêté aucun train. Il a endommagé huit petits bouts de plastique qui ont été changés en un tourne-main par la SNCF – ce qui a peut-être coûté deux ou trois mille euros, à mettre en balance avec les deux ou trois millions d’euros de frais engagés pour l’instruction de l’affaire. Cette disproportion entre les faits et la procédure est bien la preuve – l’une des preuves – du caractère politique de cette instruction.

Un sociologue n’est pas tenu d’être historien, c’est vrai, mais il y a des limites à l’ignorance. M. Cibois propose de déployer contre les gens de Tarnac les méthodes utilisées par l’État italien contre les Brigades rouges dans les années 1970. Il reprend même à son compte la métaphore répandue à l’époque : « Assécher la mer pour prendre le poisson. » Cette riche idée, dont la « démocratie » italienne ne s’est jamais relevée, a signifié : lois d’exception, torture, tirs à balles réelles sur des manifestants, rafles massives, assassinats ciblés. Francesco Cossiga, ministre de l’intérieur de l’époque, a reconnu plus tard avoir mené une guerre. M. Cibois, partisan de « l’action collective non violente », propose donc de mener « dans une démocratie comme la France » une guerre du même genre. On reconnaît là une pensée que M. Cibois partage avec son collègue Alain Bauer, comme lui prêt à tout pour défendre « la société ». Il est vrai que pour un sociologue, la société est en quelque sorte un gagne-pain.

« Il n’est pas possible, écrit M. Cibois, d’identifier la France avec la Tunisie de Ben Ali sous prétexte de persécutions policières. » En effet, l’empilement des lois sécuritaires depuis dix ans – avec, dernière en date, une Loppsi 2 digne de la présente démocratie chinoise – n’est pas le seul symptôme de la « Benalisation » du régime en France. Il faut y ajouter le placement de proches du président, voire de sa famille, à des postes-clefs de l’économie et des médias, le caractère tristement fantoche de l’opposition officielle, l’extension de la misère dans un corps social dont les « élites » se disputent les derniers morceaux de choix. Sans compter le chiffre annuel record des gardes à vue, les yeux crevés au flashball, les morts du taser, les étouffés dans les fourgons de police, les chauffards abattus aux barrages « en légitime défense ». En attendant que M. Cibois et consorts aient fini de soupeser la légitimité de l’insurrection, soutenons, appuyons tous ceux qui sont entrés en lutte ouverte avec ce régime. Le monde appartient à ceux qui se soulèvent tôt.

Éric Hazan, éditeur

 

On peut juste regretter qu’il n’y ait qu’Éric Hazan, ami de Julien Coupat, pour réagir à l’article de Cibois. Et les sociologues, ils pensent quoi ? Ils laissent dire. Bravo, quelle apathie !

 

Repost 0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 23:50

 

 

« Le groupe de Tarnac fixé vendredi
sur sa demande d’annulation de l’enquête »

Libération, 20 octobre 2010

 

Les avocats des jeunes mis en examen reprochent aux enquêteurs d’avoir mené des investigations en dehors du cadre légal.

 

La cour d’appel de Paris se prononce vendredi sur la demande d’annulation de l’enquête antiterroriste qui vise le groupe de Tarnac, soupçonné d’avoir saboté des lignes TGV en novembre 2008.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris rendra sa décision vendredi à 14 heures. La défense de Julien Coupat et des neuf autres mis en examen a demandé l’annulation de deux pièces du dossier : la surveillance du domicile de Julien Coupat à partir du 15 août 2008 et un placement sur écoutes de l’épicerie de Tarnac (Corrèze) au premier semestre 2008 qui était gérée par certains des jeunes accusés des sabotages.

Pour les avocats, l’annulation de ces actes, réalisés dans le cadre d’une enquête préliminaire du parquet de Paris antérieure aux sabotages des lignes TGV, entraînerait l’annulation de la totalité de la procédure, confiée le 15 novembre 2008 au juge d’instruction antiterroriste Thierry Fragnoli.

Les avocats des jeunes mis en examen reprochent notamment aux policiers de la sous-direction antiterroriste (Sdat) d’avoir filmé à partir du 15 août 2008 « en dehors de tout cadre légal » la cour intérieure et la porte d’entrée d’un immeuble parisien dans lequel vivait Julien Coupat.

Or, la surveillance vidéo d’un domicile est interdite dans le cadre d’une enquête préliminaire, affirme la défense, la captation d’images ne pouvant être autorisée que par un juge d’instruction ou un juge des libertés et de la détention (JLD).

 

Question de la validité des écoutes

 

L’annulation de cette surveillance ferait s’écrouler l’enquête comme un château de cartes, selon la défense. Une version remise en cause par les enquêteurs qui assurent disposer d’autres éléments pour justifier les filatures qui ont suivi.

La cour d’appel devra aussi trancher la question de la validité des écoutes téléphoniques de l’épicerie de la commune de Tarnac, en Corrèze, réalisées sans autorisation préalable au premier semestre 2008. Cette épicerie a été gérée par plusieurs des mis en examen jusqu’à leur interpellation le 11 novembre 2008. Pour la défense, ces écoutes sont nulles à double titre : la requête initiale du parquet concernait les correspondances électroniques et non téléphoniques et la durée des écoutes était illégale.

Opposé à l’annulation des pièces, le parquet général estime a contrario que l’autorisation donnée par un JLD se référait à tous les modes de télécommunication, sans qu’il soit besoin de les identifier spécialement, contrairement à ce qu’assure la défense.

Parallèlement à ces demandes d’annulation, la défense du groupe de Tarnac met en doute la vraisemblance d’une pièce centrale du dossier, à savoir le procès-verbal D104 qui retrace la filature de Julien Coupat et de sa compagne, dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008 à Duisy (Seine-et Marne), sur les lieux d’un des sabotages.

Les avocats estiment que ce PV « n’est pas authentique » : ils doutent de la présence des policiers sur place et demandent donc au juge d’organiser une reconstitution des faits commis durant cette nuit.

 

Repost 0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 01:22

 

 

Un article en double page dans le Libération du 24 septembre 2010 pour ouvrir le bal et quelque chose dans Le Journal du dimanche du 19 septembre 2010 pour s’abîmer encore davantage dans l’anecdotique.

 

Tar1.jpgTarnacbis-copie-1.jpgTarnacter.jpgTar4-copie-1.jpg

 

« Retour à Tarnac » 
Par Mathieu Deslandes

 

Près de deux ans après les arrestations, les « jeunes du Goutailloux » ont repris le cours de leur vie à la marge. La procédure antiterroriste qui les vise pourrait être annulée.

Il y a des fleurs des champs dans des flûtes à champagne, une casquette du conseil général de Corrèze dans la gueule d’un sanglier empaillé et, dans une niche, une photo du résistant Georges Guingouin, le héros des maquis du Limousin. Douze clients sont attablés devant leur « menu ouvrier » à 12 euros, inauguré par un exceptionnel potage à la poire et au céleri. Le serveur, un costaud à lunettes, en jean et pull-over rouge, s’appelle Julien Coupat.

La suite est à lire ici.

 

enquete-Tarnac-Julien-Coupat-sabotage-de-lignes-SNCF-retour.jpg

Benjamin Rosoux (source JDD).

 

Repost 0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 03:19

 

 

« Tarnac : la police antiterroriste avoue
une “erreur” et des “distorsions” »
Par Erich Inciyan
Mediapart
du 2 septembre 2010

 

En décembre 2009, Mediapart avait détaillé les invraisemblances de l’enquête policière sur « l’ultra-gauche » qui avait conduit Julien Coupat à passer six mois en prison. Procès-verbal de surveillance en mains, nous avions refait les trajets de la filature du chef supposé du « groupe de Tarnac » par les limiers de l’antiterrorisme. Histoire de démontrer que le minutage minutieux de leur surveillance et que leurs observations dûment consignées ne tenaient pas la route. Une enquête pour illustrer les impossibilités factuelles de ce PV qui reste la pièce centrale de l’accusation visant à impliquer les jeunes de « Tarnac » dans le sabotage de lignes TGV (à lire ici).

L’appareil judiciaire antiterroriste se trouvait ainsi pris en flagrant délit de cafouillage, dans cette affaire montée en épingle par le gouvernement et Michèle Alliot-Marie – alors ministre de l’intérieur, aujourd’hui garde des Sceaux – qui faisait pression sur les services d’enquête pour trouver les auteurs des sabotages de lignes SNCF. Pour que la justice reconnaisse le fiasco policier et en tire les conséquences, les avocats du « groupe de Tarnac » avaient demandé au juge antiterroriste chargé du dossier, Thierry Fragnoli, en novembre 2009, d’élucider les « incohérences et invraisemblances résultant de l’enquête diligentée par la Sous-direction antiterroriste (SDAT) de la direction centrale de la police judiciaire ».

C’est peu dire que les explications apportées depuis par les policiers ne dissipent pas les doutes persistant dans ce dossier. Au point que Mes Jérémie Assous et Thierry Lévy considèrent que les dernières investigations policières ne font « qu’ajouter de nouvelles invraisemblances et démontrer l’absence d’authenticité du procès-verbal de surveillance » ayant conduit leur client Julien Coupat à rester six mois en prison. À lire ces éléments, l’impression de cafouillage continue de dominer, alors que les jeunes de « Tarnac » – libérés les uns après les autres – restent mis en examen pour « association de malfaiteurs, destructions et dégradations en relation avec une entreprise terroriste ».

 

Dans leur minutage de la filature, les enquêteurs ont confondu
les chiffres « 3 » et « 5 »…

 

Pour justifier leurs incohérences horaires, les limiers de l’antiterrorisme avouent aujourd’hui une « erreur matérielle ». Comment ne pas reconnaître, en effet, que leur minutage consigné dans leur PV de surveillance de la voiture conduite par Julien Coupat (dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008) relève de l’impossibilité ? Ce document de procédure – la pièce D 104 – est censé reconstituer la filature avec une extrême minutie. Or, il y est affirmé que les 27 kilomètres de routes de campagne concernées avaient été parcourus en dix minutes, la nuit du sabotage, à la vitesse moyenne de 160 km/h.

Les policiers de la PJ admettent donc à présent une méprise dans la rédaction de leurs procès-verbaux. Ils indiquent avoir confondu le chiffre « 3 » et le chiffre « 5 » dans leur transcription. Cela n’a l’air de rien. Mais c’est un aveu de taille, quand cette prise de notes fautive concerne le procès-verbal crucial d’une enquête : les policiers antiterroristes ont écrit « 3 h 50 » au lieu de « 3 h 30 ». Et ces vingt minutes supplémentaires leur permettent de rendre crédible la chronologie de la filature de Julien Coupat, le soir de l’attentat.

« Cette invraisemblance ne saurait pour autant être une simple erreur de retranscription, telle que les services de la SDAT l’ont péniblement et de manière plus que risible soutenu concernant l’horaire de départ de Trilport (la ville de Seine-et-Marne où avaient dîné Julien Coupat et sa compagne) à 3 h 50 du véhicule Mercedes», commentent Mes Jérémie Assous et Thierry Lévy. « On pourrait aussi bien arguer que s’ils se sont trompés une fois, ils peuvent aussi bien se tromper trois fois », ironisent les défenseurs.

« Si le 3 ressemble au 5, pourquoi ne pas dire qu’il ressemble au 2 tout aussi bien ? », s’interrogent les avocats. « Même si les services de la SDAT étaient atteints de dyscalculie, se manifestant par des troubles de la représentation des chiffres et notamment des chiffres 3 et 5 », ils auraient aussi bien « pu confondre, dans leurs écrits “5 h 30” et “3 h 50”», notent encore Mes Assous et Lévy, qui doutent de l’authenticité du procès-verbal dans son entièreté.

D’autant plus qu’une autre question n’est toujours pas réglée : pourquoi certains OPJ – et pas d’autres – ont-ils signalé la présence d’un « individu piéton » sur la voie de la ligne ferroviaire à l’heure du sabotage ? Tentant d’expliquer ces contradictions enregistrées sur procès-verbaux, les enquêteurs mettent en avant une « distorsion de l’information » dans les messages échangés, cette nuit du 8 novembre 2008, au sein des services de sécurité informés de la rupture des caténaires du TGV.

« Il convient de noter que treize interlocuteurs différents interviennent à divers endroits de la chaîne de transmission de l’information, cette multiplicité d’intervenants créant inexorablement des distorsions du message initialement transmis », plaident les policiers. Une argumentation qui conduit naturellement les avocats à exiger l’audition – en leur présence – des policiers et des gendarmes ayant fait ces déclarations contradictoires. Car ces professionnels avertis de l’« attentat » venant d’être commis contre une ligne SNCF savaient bien, cette nuit-là, que cet événement méritait toute leur attention.   

 

La preuve par la borne relais téléphonique ?

 

Les recherches sous-marines effectuées dans cette affaire présentent aussi certaines particularités. Car la filature avait signalé un arrêt de la voiture de Julien Coupat au dessus de la Marne, au petit matin du sabotage. Le magistrat instructeur avait donc diligenté des recherches sous-marines pour draguer le fleuve. Un an et demi après les faits, un premier plongeur avait exploré les fonds à la recherche de preuves matérielles. En vain : « La Marne étant actuellement en crue, le fort courant au niveau de la zone de recherche empêche toute prospection efficace. En effet, malgré un lest très conséquent le plongeur ne parvient pas à se plaquer au fond et à procéder à ses recherches par tâtonnement la visibilité étant nulle », notait le compte-rendu de cette vaine recherche.

Par chance, quelques semaines plus tard et au même endroit, un second pêcheur avait repêché des tubes ayant pu servir à poser le crochet métallique sur les fils électriques de la voie à grande vitesse. Ces tubes se trouvaient « posés sur le sol, à l’horizontale, complètement découverts », selon les constatations policières. Mais une telle découverte conduit les avocats à s’interroger sur la découverte du second plongeur qui, pour être fructueuse, n’en est pas moins survenue après la crue d’un fleuve remué par un « fort courant au niveau de la zone de recherche ».

L’ensemble des explications apportées aujourd’hui par la police antiterroriste ne paraît pas forcément convaincant. Aux yeux des avocats de Julien Coupat, ces éléments ne font même « qu’ajouter de nouvelles invraisemblances à un procès-verbal déjà invraisemblable – le D 104. Or c’est sur ce procès-verbal que repose toute la présente procédure. C’est lui qui motive tant les arrestations que les perquisitions, les mises en examen et pour finir les incarcérations », ont-ils indiqué dans la note qu’ils ont adressée le 30 août au juge Fragnoli.

 

La borne relais téléphonique, près de la ligne sabotée

 

Face à tous ces cafouillages, Mes Jérémie Assous et Thierry Lévy demandent au magistrat antiterroriste de prolonger ses investigations sur les incohérences de l’enquête policière. Les avocats réclament notamment la communication du « trafic téléphonique » opéré, la nuit du sabotage, par la borne relais qui se trouve aux abords immédiats de la voie ferrée. Plus exactement entre 3 h 30 et 5 h 10 du matin – ce qui permettra de préciser si des policiers ont alors fait usage de leurs portables. Donc de savoir s’ils se trouvaient bien sur place et, du même coup, d’éclairer l’« erreur matérielle » liée au minutage du PV de surveillance de Julien Coupat (jusqu’à présent, les policiers n’ont en effet fourni que les relevés de borne téléphonique opérés entre 5 h 10 et 6 h du matin).

Une fois de plus, les avocats demandent également au juge de procéder à une reconstitution des faits. Le 22 mars 2010, le magistrat antiterroriste leur avait indiqué qu’il envisageait d’y procéder, une fois qu’un certain nombre d’investigations auraient été effectuées. Plutôt que d’évoquer la « reconstitution » réclamée par les avocats, le courrier en réponse du juge avait alors préféré parler d’une « mise en situation ». Ce choix des mots, du moins, a fait le bonheur des mis en examen de Tarnac et de leurs avocats : Thierry Fragnoli, un juge… « situationniste » ?

 

Repost 0
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 20:34

 

Sine-Hebdo.jpg

 

À celles et ceux qui regretteraient la disparition du concurrent de Charlie Hebdo, je rappelle deux hauts faits d’arme signés Michel Onfray au commencement de l’affaire Tarnac (approximativement entre fin novembre et début décembre 2009).

 

 

  sabotage titre

Onfray sabotage1

Onfray sabotage2

 

 

Pouget titre

 

Onfray Pouget 1

Onfray Pouget 2

Onfray Pouget 3

 

Après les ignominies d’Onfray, une dernière affaire avait achevé de discréditer la direction, c’est détaillé ici.

Que les choses soient bien claires. Si les lecteurs se sont « éloignés », c’est pour d’excellentes raisons : ce titre était tout simplement infâme.
Donc, ciao ! et avec un bras d’honneur de ma part aussi.

 

Repost 0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 17:07

 

 

« Tarnac : La défense demande l’annulation
des premiers éléments d’enquête »

Le Nouvel Observateur (en ligne) du 2 avril 2010

 

PARIS (Associated Press) — Les avocats d’un des mis en examen dans l’affaire de Tarnac ont déposé jeudi une requête en annulation de l’intégralité la procédure, estimant illégal le dispositif de vidéosurveillance au domicile parisien de Julien Coupat durant l’enquête préliminaire, a-t-on appris vendredi de sources judiciaires.

Aucune date n’a encore été fixée pour l’examen de ces requêtes devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris. Elles ont été déposées par Mes Thierry Lévy et Jérémie Assous pour Christophe B., mis en examen le 27 novembre 2009 pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » dans l’enquête sur les actes de malveillance contre les lignes TGV en 2008. Tout mis en examen dispose d’un délai de six mois pour soulever des nullités de procédure.

Dix personnes sont poursuivies dans ce dossier, dont Julien Coupat, présenté comme le chef d’une « structure » en lien avec ce que les enquêteurs appellent la mouvance « anarcho-autonome ».

La première requête vise l’annulation du dispositif de vidéosurveillance mis en place par la Sous-direction antiterroriste (SDAT) le 15 août lors de l’enquête préliminaire, dirigée par le parquet de Paris. Deux caméras sont posées, l’une devant l’immeuble, l’autre sur le toit, devant le domicile de Julien Coupat, situé dans les parties communes de la copropriété. Or, soulignent les deux avocats, la jurisprudence considère les parties communes comme un lieu privé et l’installation de caméras dans le cadre d’une enquête judiciaire ne pouvait être autorisée que par un juge d’instruction. Qui ne sera saisi qu’en novembre 2008.

À l’appui de leur requête, jugée sérieuse par plusieurs sources judiciaires, les deux avocats font valoir une décision récente de la Cour de cassation. Celle-ci a annulé une procédure où les policiers, en enquête préliminaire, avaient placé des caméras dans un parking pour surveiller des trafiquants, rappelant qu’il constituait un lieu privé.

« Il avait été expressément rappelé par le Conseil constitutionnel que seul le juge d’instruction pouvait procéder à de tels actes », a déclaré à l’Associated Press Me Jérémie Assous. « Les règles de droit ont été méprisées », a-t-il ajouté en expliquant que, par un effet de domino, l’annulation de ces pièces doit entraîner celles des actes qui en découlent, dont la mise en examen de son client, Christophe B., mais également celle des neuf autres personnes poursuivies dans le dossier.

Mes Lévy et Assous demandent également l’annulation pour vice de forme de la première série d’écoutes téléphoniques de l’épicerie de Tarnac, où travaillaient certains des mis en examen. AP

 

Repost 0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 13:31


« Tarnac : des oreilles traînaient illégalement »
Par Karl Laske

Libération du 25 février 2010

 

Découvert en mars 2008 par un agent de France Télécom dans l’épicerie du groupe, un dispositif d’écoutes sauvages de la police fait peser une menace sur la régularité de l’instruction.

 

Dans l’enquête sur les sabotages des lignes TGV, c’est une nouvelle zone d’ombre. L’ombre d’une manipulation, encore. Plusieurs écoutes téléphoniques visant les jeunes de Tarnac, en mars 2008, ont été dissimulées à la justice jusqu’à aujourd’hui. Les services de police n’ont pas tout dit, et cette opacité, nullement admise dans un dossier judiciaire, pourrait devenir l’un des arguments massue de la défense qui a adressé au juge une nouvelle demande d’actes, lundi.

Comme Le Canard enchaîné l’a signalé, un de ces dispositifs d’écoute a été involontairement dévoilé par un agent de France Télécom à un cogérant de l’épicerie de Tarnac (Corrèze) en avril 2008. L’agent avait été à l’époque sanctionné. Depuis, la direction de France Télécom se mure dans le silence. Et pour cause. Ces écoutes ont été effectuées en dehors du périmètre de l’information judiciaire ouverte après les sabotages des lignes TGV, en novembre 2008, et avant même l’ouverture de l’enquête préliminaire, le 11 avril 2008. « Outre le fait qu’elle conforte les présomptions sur le caractère orchestré, prémédité donc politique du dossier, l’existence d’écoutes clandestines antérieures à la procédure est sanctionnée de manière constante par la jurisprudence », analyse Me William Bourdon, avocat de la défense. Dans les années 90, des écoutes illicites avaient, par exemple, provoqué l’annulation intégrale du dossier « Schuller-Maréchal », visant le beau-père du juge Halphen.

 

« Branchement ». Pour l’heure, seuls des témoignages confirment l’existence et la levée des écoutes de Tarnac. Retrouvé par Libération, Francis M., technicien, a suivi le dossier en qualité de délégué du personnel à France Télécom. « La ligne fonctionnait, mais l’écoute provoquait un affaiblissement des signaux et un problème de terminal de carte bancaire,L’agent a coupé la dérivation et rétabli la ligne. Puis il a appelé le chef de département qui, lui-même, a averti le service national qui s’occupe des écoutes. Il l’a fait parce qu’il était entré avec le client dans le central. C’est ce qui lui a été reproché par la suite. On avait envoyé quelqu’un au carton sans qu’il sache de quoi il s’agissait. » explique-t-il.

La machine de carte bancaire de l’épicerie était tombée en panne à la mi-mars 2008. Les télédéclarations de recettes à la banque ne passent plus. L’un des cogérants du magasin change d’appareil, en vain. Le 4 avril 2008 au matin, il teste la nouvelle machine avec l’agent France Télécom, puis il l’accompagne au local technique. « Dès qu’il s’est trouvé devant le tableau, il a dit : “Ah là, il y a un branchement, et c’est pas nous”», se rappelle l’épicier, questionné par Libération. Alors que sur chaque ligne des fils blancs et rouges sont connectés, les deux hommes constatent la présence « d’un fil bleu et d’un fil jaune » reliés en parallèle à un boîtier plastique. « C’est la police, alors ? » fait l’épicier. « Ça se pourrait bien »,« Il parlait, en répétant certaines réponses de son chef, et il a dit : “Ah bon, il y a trois numéros sur écoute à Tarnac ?” Il a demandé s’il pouvait débrancher et il a dit à haute voix : “Je débranche, donc !” » L’appareil CB refonctionne.

« Des écoutes, on en pose tous les jours, poursuit le syndicaliste. Le pourquoi du comment, on ne le connaît pas. C’est un de mes collègues qui avait posé l’écoute. Il l’avait fait régulièrement via un ordre de travaux. Mais l’agent qui est intervenu n’avait pas l’historique. Plusieurs lignes étaient concernées. Et celle du magasin n’a pas été la seule à avoir été levée. » Pour l’agent, les ennuis sont rapides. « Dans l’heure qui a suivi, les consignes sont redescendues. Le directeur territorial a convoqué celui qui avait posé l’écoute, celui qui l’avait levée, et le chef de département. Patrick Coat, alors directeur régional, est parti à Paris le lendemain. » L’agent « fautif » écope d’une mise à pied et de quinze jours de suspension. De son côté, Patrick Coat aurait été convoqué au ministère de l’Intérieur.

L’écoute de Tarnac a transité par le service ad hoc de France Télécom, installé à Montrouge (Hauts-de-Seine), qui reçoit les demandes d’écoutes judiciaires ou administratives.

Les avocats du groupe de Tarnac ont demandé à l’opérateur « l’historique des interventions techniques sur les lignes » de l’épicerie pour l’année 2008. Il leur a été répondu que les « données 2008 » n’étaient « plus consultables » pour ce numéro. Les avocats ont saisi le 2 février la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada). Ils doivent interroger cette semaine la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS), qui veille à la régularité des écoutes dites administratives réalisées par le Groupement interministériel de contrôle (GIC), à la demande des services spéciaux.

 

Manœuvre. L’interruption des écoutes de Tarnac, le 4 avril 2008, provoque l’ouverture précipitée d’une enquête préliminaire visant Julien Coupat et ses amis. Le 11 avril, la Sous-direction antiterroriste (Sdat) écrit au procureur de la République pour lui révéler l’existence d’une « structure clandestine » disposant « de plusieurs bases logistiques »,« informations » émanant de la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG). On peut en déduire que l’actuelle Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, fusion de la Direction de la sûreté du territoire et de la DCRG) a été à la manœuvre, comme l’a admis son directeur, Bernard Squarcini. « La DCRI surveillait ces individus depuis longtemps », avait-il précisé au Point en mars 2009. notamment à Tarnac. Sans parler d’écoutes, la Sdat évoque des « informations » émanant de la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG). On peut en déduire que l’actuelle Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI, fusion de la Direction de la sûreté du territoire et de la DCRG) a été à la manœuvre, comme l’a admis son directeur, Bernard Squarcini. « La DCRI surveillait ces individus depuis longtemps », avait-il précisé au Point en mars 2009.

En août 2008, quatre mois après la levée de ces écoutes secrètes, le numéro de l’épicerie de Tarnac fait l’objet d’une demande officielle d’interception de ligne. Autorisée par le juge des libertés, cette écoute sera prorogée trois fois, jusqu’en novembre 2008. Mais elle n’apportera aucune information sur les projets d’« actions violentes » prêtés au groupe de Tarnac.

 

Repost 0
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 21:18

the-coming-insurrection.jpg

Signalons que l’éditeur Semiotexte a publié une traduction de L’Insurrection qui vient aux États-Unis.


Présentation de l’éditeur

 

Thirty years of “crisis”, mass unemployment, and flagging growth,
and they still want us to believe in the economy…
We have to see that the economy is itself the crisis.
It’s not that there’s not enough work,
it’s that there is too much of it.
— from
The Coming Insurrection

 

The Coming Insurrection is an eloquent call to arms arising from the recent waves of social contestation in France and Europe. Written by the anonymous Invisible Committee in the vein of Guy Debord—and with comparable elegance—it has been proclaimed a manual for terrorism by the French government (who recently arrested its alleged authors). One of its members more adequately described the group as “the name given to a collective voice bent on denouncing contemporary cynicism and reality.” The Coming Insurrection is a strategic prescription for an emergent war-machine to “spread anarchy and live communism.”

Written in the wake of the riots that erupted throughout the Paris suburbs in the fall of 2005 and presaging more recent riots and general strikes in France and Greece, The Coming Insurrection articulates a rejection of the official Left and its reformist agenda, aligning itself instead with the younger, wilder forms of resistance that have emerged in Europe around recent struggles against immigration control and the “war on terror.”

Hot-wired to the movement of ’77 in Italy, its preferred historical reference point, The Coming Insurrection formulates an ethics that takes as its starting point theft, sabotage, the refusal to work, and the elaboration of collective, self-organized forms-of-life. It is a philosophical statement that addresses the growing number of those—in France, in the United States, and elsewhere—who refuse the idea that theory, politics, and life are separate realms.


La couverture vient d’un site grec.


Repost 0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 17:24

 


« Marin, un procureur très adroit »
Par Karl Laske
Libération
du 30 janvier 2010


Étiqueté chiraquien, il est aussi intervenu dans les dossiers Tarnac et Dray.


« Je connais bien Jean-Claude Marin. Suffisamment pour savoir que ce n’est pas sa décision, a dit Dominique de Villepin, vendredi, sur RMC. Il ne souhaitait pas que le premier procès [Clearstream] ait lieu. Je l’ai entendu de sa bouche, il savait qu’il n’y avait rien dans ce dossier à me reprocher. » C’est vrai : Villepin connaît assez bien le procureur. Longtemps patron du parquet financier parisien, nommé directeur des affaires criminelles et des grâces en 2002, puis procureur de la République de Paris en 2004 sous Chirac, Jean-Claude Marin, 60 ans, est classé parmi les chiraquiens, même s’il s’en défend. «Je ne suis pas l’homme d’un parti, ni d’un syndicat, ni d’aucune loge, a-t-il expliqué à Libération. Je ne suis le livreur de personne».

Aux balbutiements de l’affaire Clearstream, alors que Villepin est Premier ministre – entre 2005 et 2007 –, le procureur a tendance à ferrailler avec les juges d’instruction. Ces derniers vont trop loin, sans prévenir le parquet à temps. Il écrit au président du tribunal pour dénoncer leur « attitude méprisante ». En 2006, il s’oppose aussi au placement en détention provisoire de Jean-Louis Gergorin. C’est analysé comme un signal politique.

Après l’élection de Sarkozy, sa position devient délicate. Le procureur aurait été convoqué à l’Elysée pour revoir son réquisitoire qui envisageait un non-lieu pour Villepin. Il dément. En octobre 2008, il requiert finalement un « non-lieu partiel » en faveur de Villepin pour les faits de « complicité d’usage de faux et recel d’abus de confiance et de vol », et retient la « complicité par abstention ». Celle de celui qui laissé se commettre une infraction qu’il avait les moyens de dénoncer.

Sa gestion politique des dossiers n’échappe à personne. En 2008, il annonce, de concert avec Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur, l’arrestation d’une pseudo-cellule à vocation terroriste à Tarnac. Contredit par les faits, il maintient les mis en examen sous contrôle judiciaire strict, avant d’être démenti par la chambre de l’instruction. En 2009, il requiert un non-lieu général en faveur de Jacques Chirac dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Enfin, il clôt l’enquête préliminaire visant Julien Dray par un simple rappel à la loi, après lui avoir communiqué l’intégralité du dossier, une première dans les annales judiciaires.

 

Clearstream-Jean-Claude-Marin_pics_500.jpg

« Jean-Claude Marin : “J’ai une conviction” »
Par Gérad Davet
Le Monde
du 30 janvier 2010


Un homme seul. Blessé. Enseveli sous les critiques, venant de tous bords. Le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, savait bien qu’il servirait de fusible. Mais pas à ce point. « Tout ceci me blesse, touche ma famille, dit-il au Monde. Tous ces gens-là ne me connaissent pas, ne savent pas les combats que j’ai menés pour cette justice financière. »

On le prétend aux ordres, prêt à tout pour terminer en beauté sa carrière judiciaire, simple marionnette dans les mains de Nicolas Sarkozy. L’appel qu’il vient d’interjeter, dans l’affaire Clearstream, a évidemment provoqué la colère de Dominique de Villepin, et ravivé les ardeurs de ses nombreux contempteurs. C’est donc la curée, comme sur le plateau du « Grand Journal » de Canal +, vendredi 29 janvier, où journalistes et animateurs semblaient subjugués par le verbe cinglant d’un Dominique de Villepin déchaîné.

« Je préfère le regard des gens de bonne foi, confie M. Marin, plus que le prêt-à-penser qui sévit dans les sphères politico-médiatiques. Ces sphères qui imaginent les magistrats comme eux-mêmes exercent leur métier… » Il a le cuir tanné, pourtant. Trente-trois années de magistrature, ça vous rôde aux difficultés.

On l’étiqueta communiste lorsqu’il exerçait à Pontoise, parce qu’il avait poursuivi un notable. Plus tard, il fut chiraquien, même si c’est Lionel Jospin, en 2001, qui le nomma à la Cour de cassation. Maintenant, il est sarkozyste. C’est ainsi, dans un pays où la justice est décriée, où la magistrature n’a pas su, non plus, donner des gages. Un pays où le parquet rend des comptes au pouvoir, tandis que l’on veut supprimer les juges d’instruction, indépendants…

« Je ne dois ma carrière à aucun homme politique, lâche M. Marin, je fuis les dîners en ville, je n’appartiens à aucun réseau. Qui sait quel bulletin de vote je glisse dans l’urne ? Je ne suis affilié à aucun parti, à aucune secte. » C’est vrai, c’est l’anti-procureur bling-bling, on le voit peu à la télévision, il part en vacances dans sa maison du Quercy, peut vous réciter le moindre article du code pénal.

Un magistrat à l’humour froid, aux saillies redoutables, dont les amitiés sont connues, dans le milieu. Même pas un réseau, de simples camarades de promotion qui n’ont certes jamais badiné avec la gauche. On ne le verra pas ripailler avec les policiers, taper sur l’épaule des hommes politiques. On l’a juste entendu sur Europe 1, avant le procès, et finalement vendredi 29 janvier, pour indiquer qu’il interjetait appel. En ces deux occasions, en homme qui sait s’affranchir de ses tutelles, il ne demanda aucune permission.

À l’automne, il énerva sérieusement l’Élysée, en allant s’expliquant au micro de Jean-Pierre Elkabbach. « J’y étais allé pour parler de l’écrivain Frédéric Beigbeder, dont les pages écrites à mon propos m’avaient révolté, je n’en dormais plus. Je n’allais pas me dérober quand il fut question de l’affaire Clearstream. Je me suis contenté de répéter mes réquisitions écrites. »

S’il fréquenta Nicolas Sarkozy, ce fut plutôt pour se faire sérieusement réprimander, avant 2007. « J’ai eu deux épisodes violents avec lui, alors qu’il était ministre de l’intérieur. Depuis, assure-t-il, je n’ai pas de relation directe avec lui. » Reçoit-il aujourd’hui des instructions du pouvoir ? « Bien sûr que non, je ne suis pas un tireur de ficelles derrière mon bureau. »

En vérité, les choses sont bien plus complexes. À ce niveau-là, on n’ordonne pas, on communique. Évidemment, Jean-Claude Marin a conversé, souvent, avec Patrick Ouart, le conseiller à la justice de Nicolas Sarkozy jusqu’à la fin 2009. Ce même conseiller à qui il doit, d’ailleurs, d’être resté en poste, en 2007, quand Nicolas Sarkozy, parvenu à l’Élysée, voulut faire place nette au parquet de Paris. On jugeait alors M. Marin peu fiable, à l’Élysée, même si ses qualités professionnelles étaient louées. Il serait devenu un serviteur zélé, en l’espace de deux ans ? Trop facile.

Dans l’affaire Clearstream, Jean-Claude Marin a beaucoup énervé le chef de l’État et ses proches, en n’épousant pas la thèse, prônée par les sarkozystes, d’un Dominique de Villepin instigateur du complot. En fin juriste, Jean-Claude Marin a soutenu que l’ancien premier ministre était surtout coupable de n’avoir pas voulu stopper la machination.

C’est cette accusation qu’il a portée devant le tribunal, pas celle de l’Élysée. Assumant même ses divergences avec son substitut à l’audience, Romain Victor, qui avait initialement conclu, dans un projet de réquisitoire, à un non-lieu pour l’ancien premier ministre. « Je lui ai dit qu’il avait fait un travail magnifique, se souvient le procureur, j’étais d’accord avec lui pour dire que M. de Villepin ne pouvait être l’instigateur de toute cette fraude. Mais il m’est apparu que M. de Villepin, en juillet 2004, a su la vérité sur la fausseté des listings, alors même que se poursuivait la dénonciation calomnieuse. »

Au terme d’une réunion, après avoir passé l’été à compulser le dossier judiciaire, feuille par feuille, M. Marin décida donc de porter l’accusation à l’audience, épargnant à Romain Victor le cauchemar de tout parquetier : requérir sans croire à sa propre thèse. « Je n’allais pas laisser un jeune substitut, quel que soit son talent, prendre une telle responsabilité, dit le procureur de Paris. Je n'avais pas à me cacher, j’y suis allé moi-même. »

L’appel du parquet ? Une décision évidente, selon lui. « Je n’ai pas changé d’opinion, le dossier apporte la preuve irréfutable qu’à la mi-juillet 2004, M. de Villepin savait que les listings étaient faux. Il n’y a pas eu de stratégie concertée avec l’Élysée. Ne retrouver devant la cour d’appel que les seuls Gergorin et Lahoud, c’était un procès tronqué. Je suis cohérent, j’ai une conviction, c’est la conception que j’ai de mon métier. »

Côté Dominique de Villepin, on dénonce un acharnement et l’on se souvient de la dureté de son attitude à l’audience. « Je n’avais aucun mépris, aucune agressivité, réplique M. Marin, j’avais seulement la conviction intime que les réponses données n’étaient pas les bonnes. La suite de l’audience m’a donné partiellement raison. »

Mais pas le jugement final du tribunal. Alors, cet appel contre la décision de relaxe prononcée en faveur de M. de Villepin, de l’acharnement ? Ou une simple logique judiciaire, le parquet n’ayant pas été suivi dans ses réquisitions par le tribunal ? « Ce n’est pas un acharnement sarkozyste, je n’ai aucune agressivité dans l’exercice de mon métier. Je ne souhaite pas transformer un match Sarkozy contre Villepin en un duel Marin contre Villepin. Cette affaire est un piège, j’essaie de tracer mon sillon. »

Il fut dénigré, aussi, quand il décida, fin 2009, de requérir un non-lieu en faveur de l’ancien président Jacques Chirac, puis de classer l’enquête sur le député PS Julien Dray avec rappel à la loi. Deux positions risquées, critiquables. « J’assume,Je ne suis pas Néron, c’est un travail collectif. Devant le tribunal, il n’était pas déraisonnable de penser que M. Dray aurait été relaxé sur bon nombre de faits qui lui étaient reprochés. Quant à Jacques Chirac, c’est différent. Je n’allais pas renvoyer devant le tribunal un ancien président de la République pour deux emplois présumés fictifs. » déclare-t-il.

[Je souligne cette énormité puisque le gratte-papier du Monde n’a pas jugé bon de la relever.]

Il a failli quitter son siège, fin 2009. Mais la disgrâce de son collègue Philippe Courroye, procureur de Nanterre, qui devait le remplacer, a prolongé son bail. M. Marin n’ayant finalement pas été nommé procureur général de Paris, on ne devrait donc pas le voir à nouveau ferrailler avec M. de Villepin, dans le futur procès Clearstream, fin 2010, ou début 2011. D’ici là, il gérera les affaires à un poste, qui, dit-il, est surtout « un catalyseur de tous les fantasmes »…

La photographie qui illustre cette page vient du site de Le Journal du dimanche.


Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 13:05


« Tarnac : contrôle judiciaire allégé »

Par Isabelle Mandraud

Le Monde, 20 décembre 2009

 


La cour d’appel de Paris a allégé, vendredi 18 décembre, le contrôle judiciaire imposé aux neuf personnes mises en examen dans l’enquête sur des sabotages de lignes TGV en novembre 2008, contre l’avis du parquet. Elle a uniquement maintenu l’interdiction de « se recevoir, (se) rencontrer ou d’entrer en relation » entre elles.

 

Les neuf avaient demandé la levée de ce contrôle qui leur interdisait de se voir, de résider à Tarnac (Corrèze) et les obligeait à se présenter régulièrement dans un commissariat. Le 3 décembre dans une tribune parue dans Le Monde, ils avaient annoncé qu’ils ne respecteraient plus leur contrôle judiciaire. « Il était temps qu’il y ait de l’apaisement », s’est félicité vendredi soir l’un des avocats, Me William Bourdon. « Cet apaisement doit en annoncer d’autres, en 2010, plus définitifs. »



Repost 0

Présentation

Recherche

Archives